par Florian Tixier
Jarace Walker Draft NBA 2023 Scouting Report

Jarace Walker

AF/P – Houston – Freshman

Scouting Report par Florian Tixier | 8 juin 2023

Jarace Walker, qui était en lice pour le titre de freshman de l’année au sein d’une équipe de Houston plus que performante, était attendu au premier tour en début d’année. Il s’est solidement installé dans le top 10 de la plupart des Mock Drafts à l’approche de l’échéance. Zoom sur la bête physique de cette année.

  • Équipe : Houston Cougars
  • Âge : 19 ans (04/09/2003)
  • Taille : 2,06 m
  • Envergure : 2,20 m
  • Poids : 100 kg

Points forts :

  • Puissance physique
  • Flash de playmaking
  • Potentiel défensif ++
  • Qualités athlétiques et finition
  • Plancher très haut

Points faibles / à travailler :

  • Constance sur le handle et le shoot extérieur
  • Un vrai pull up pour devenir un ailier de haut niveau ?
  • Mentalité en attaque, tendance à disparaître

Si Brandon Miller a logiquement été élu Freshman de l’année en NCAA, Walker a su tirer son épingle du jeu, notamment grâce à son rôle de co-leader de la formation des Cougars aux côtés de Marcus Sasser. Un dynamic duo qui peut faire baver de nombreux front offices de la NBA.

Tweener à l’aile, ultra moderne

Certains le considèrent comme un poste 4 en raison de son physique imposant, tandis que d’autres le considèrent un poste 3 en raison de ses skills offensives et de son agilité. Plutôt que d’être bloqué entre deux positions, Jarace Walker semble plutôt profiter de sa polyvalence pour être un excellent joueur de basket, à l’aile tout simplement.

Une puissance physique assez rare pour un joueur de cet âge lui a permis de dominer physiquement une NCAA enfantine pour lui. Aucun ailier ne pouvait rivaliser avec lui et son corps est déjà prêt pour la NBA, c’est sa principale qualité. Ce physique lui permet notamment de déployer une assurance défensive assez folle.

Il peut suivre des postes 2 grâce à sa vitesse de pied sans jamais être battu et les contrer ensuite. Il peut également gérer des postes 4-5 au poste grâce à ses larges épaules et ses 100 kilos bien assurés. Sa défense est déjà l’assurance d’un temps de jeu solide dès l’an prochain. Il doit être sur le terrain car il apporte trop de positif de ce côté-là. Surtout si on rajoute son sens du rebond et sa verticalité qui devraient lui permettre d’en prendre bien souvent de 10.

Côté offensif, il marque pour l’instant la majorité de ses points sur son physique et ses qualités athlétiques. Potentiellement un enfer sur rebond offensif et ligne de fond — à la manière d’Aaron Gordon —, il montre des flashs très intéressants grâce à un playmaking et un poignet en pleine progression. Il est déjà à 35 % à trois points et presque deux passes de moyenne. Je peux comprendre les comparaisons avec les plus grands ailiers créateurs en Jarace Walker.

Un plancher haut, mais quel plafond ?

On comprend vite qu’on ne risque pas de se tromper avec Jarace Walker. Il sera au minimum un energizer ultra-physique avec une défense élite, qui peut aider en attaque grâce à son QI offensif au-dessus de la moyenne. Mais a-t-il un plafond élite pour autant ?

Son apport offensif doit être relativisé, car il garde un handle d’intérieur. Les flahs restent des flashs et sa créativité est souvent bridée par un dribble assez moyen, en particulier sur son côté faible. De même pour le tir, ses pourcentages aux lancers francs faisant douter (66 % seulement).

Son pull up est quasi inexistant, ce qui peut poser des problèmes pour créer les tirs à mi-distance si chers aux ailiers de grande classe. Enfin, mais sûrement à cause de sa jeunesse —ou de son coéquipier en feu Marcus Sasser —, Walker a parfois tendance à disparaître des schémas offensifs. Son coach devra donc brusquer sa nature si son talent lui permet de se montrer davantage.

conclusion

Jarace Walker n’est pas ce qu’on appelle un profil « high risk, high reward ». Son plancher est suffisamment haut pour ne pas prendre beaucoup de risques. Je crois personnellement en son plafond. Son tir et sa créativité peuvent lui permettre de devenir le prochain mismatch permanent de la NBA, alliant physique et mobilité pour un ailier.

top 60
place estimée à la Draft

Comparaisons

  • Shawn Marion
  • Aaron Gordon
  • Paul Millsap

Photo : Mitchell Leff / Getty Images

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus