par Florian Tixier
Gradey Dick Draft NBA 2023 Scouting Report

Gradey Dick

A/ AI — Kansas — Freshman

Scouting Report par Florian Tixier | 11 juin 2023

LE shooteur de la cuvée 2023, Gradey Dick, devient de plus en plus populaire auprès des Front Offices NBA. Autant pour son coup de poignet exceptionnel que pour son nom légendaire. Le freshman de Kansas arrive à la Draft NBA avec une véritable hype qui pourrait bien lui valoir une place dans la lottery.

  • Équipe : Kansas Jayhawks
  • Âge : 19 ans (20/11/2003)
  • Taille : 2,0 m
  • Envergure : 2,05 m
  • Poids : 88 kg

Points forts :

  • Shooteur +++
  • Connecteur offensif et QI +
  • Jeu sans ballon
  • Flash de playmaking
  • Hargne défensive

Points faibles / à travailler :

  • Physique et athlète moyen
  • Un plafond limité
  • Vraiment plus qu’un shooteur ?

Comme les plus grands shooteurs, l’ailier international américain arrive avec une étiquette plutôt claire : il sait shooter et va shooter. Gradey Dick a un rôle à jouer en NBA, mais pourra-t-il en sortir ?

Vivre par son bras droit

Gradey Dick est un arrière/ailier de grande taille qui a toujours vécu par une seule chose : son tir. Ses pourcentages à Kansas en témoignent : 40 % à trois points et 85 % aux lancers francs, des chiffres qui constituent une vraie promesse pour le haut niveau.

Gradey Dick est un arrière/ailier de grande taille qui a toujours vécu par une seule chose : son tir. Ses pourcentages à Kansas en témoignent : 40 % à trois points et 85 % aux lancers francs, des chiffres qui constituent une vraie promesse pour le haut niveau.

C’est évidemment grâce à cela que Gradey Dick aura un rôle en NBA, mais il ne faudrait pas le limiter à cela. Avec un QI offensif bien développé, probablement au-dessus de la moyenne, l’ailier américain ne sera jamais un poids pour une attaque de haut niveau.

Son jeu off-ball et ses démarquages en font un élément difficile à défendre, car il faut le suivre partout et avoir un regard sur lui en permanence, sous peine de sanctions évidentes. Dick sait se déplacer et utilise sa moitié de terrain offensive. Même avec la balle en main, il commet très peu d’erreurs. C’est au minimum un connecteur de haut niveau, il fait les passes justes et sait trouver les bons coéquipiers.

Les plus optimistes voient même en lui des flashs de playmaking — sentiment que je ne partage pas forcément. Bien que son handle et ses passes ne soient pas catastrophiques, ils sont trop limités pour l’imaginer en tant que porteur de balle. Cependant, il ne sera jamais non plus une nuisance avec la balle.

Les mêmes optimistes croient en sa défense. Il est certes hargneux et se bat de manière non dissimulée, mais je ne pense pas qu’il deviendra un créateur de chaos défensif ou un défenseur primaire. Son côté combatif devrait toutefois souvent le sauver et il ne semble pas destiné à devenir une cible pour ses adversaires.

Vraiment plus qu’un shooteur ?

À l’instar de nombreux shooteurs sélectionnés en fin de loterie ces dernières années — comme Corey Kispert récemment —, Gradey Dick ne présente pas un profil particulièrement physique ou athlétique. Bien qu’il puisse parfois surprendre verticalement pour quelques dunks, sa vitesse de pied et de départ reste très moyenne.

Ce manque de « jus », associé à un coffre et des épaules assez frêles, ne me rassure guère quant à ses capacités défensives. Il dépassera péniblement le stade « non négatif ». Ces aspects l’empêchent également de contenir des drives puissants en NBA, où son rôle se limitera peut-être à celui de shooteur.

Gradey Dick est bon à peu près partout et excelle en tir. Mais son manque de maîtrise dans un autre secteur clé l’empêchera certainement d’exploser son plafond et de devenir une option offensive majeure pour une équipe de haut niveau.

conclusion

Gradey Dick est un joueur au plancher bien établi, qui est assuré de faire carrière en NBA. Toutefois, son plafond relativement bas pourrait l’empêcher d’être choisi dans le top 10 de la Draft. La franchise qui le sélectionnera disposera d’un joueur fiable pendant peut-être une décennie. À elle de décider si elle préfère un gros potentiel ou une valeur sûre.

top 60
place estimée à la Draft

Comparaisons

  • Kevin Huerter
  • Reggie Bullock
  • Gordon Hayward si le playmaking explose

Photo :  Ed Zurga / Getty Images

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus