par Florian Tixier
Cameron Whitmore Draft NBA 2023 Scouting Report

Cameron Whitmore

AI/AF – Villanova– Freshman

Scouting Report par Florian Tixier | 6 juin 2023

Blessé en début d’année alors qu’il arrivait en tant que recrue principale à la prestigieuse Université de Villanova, Cameron Whitmore est tout de même parvenu à montrer ses qualités. Assez pour osciller aujourd’hui entre les places 4 et 7 de la prochaine Draft. Zoom sur un diamant brut et puissant.

  • Équipe : Villanova Wildcats
  • Âge : 18 ans (08/07/2004)
  • Taille : 2,01 m
  • Envergure : 2,20 m
  • Poids : 105 kg

Points forts :

  • Puissance physique et attaque de cercle
  • Polyvalence offensive, du handle au tir extérieur
  • Activité et qualités athlétiques
  • Puissance défensive lorsqu’il est concentré

Points faibles / à travailler :

  • Jeu de passe et playmaking en retard
  • Défense Off-Ball très moyenne
  • Scoring lorsque l’accès au cercle se ferme

Villanova, championne NCAA à plusieurs reprises, est souvent associée à des joueurs tels que Kyle Lowry, Mikal Bridges ou Jalen Brunson : des joueurs ayant un QI basket très élevé et ayant tous passé plusieurs années à l’université de Pennsylvanie. Cameron Whitmore ne suivra pas cette voie. Il est destiné au « one and done », si rare de ce côté de la NCAA, son talent lui permettant déjà de pousser les portes de la grande ligue.

Le scoring par la puissance et le tir extérieur

Dans la plupart des cas, les joueurs de cet âge sont soit d’excellents tireurs un peu légers, soit de très forts attaquants de cercle manquant de technique. Whitmore se paie le luxe d’avoir les deux. À plus de 2 mètres et plus de 100 kilos, avec une envergure mesurée à plus de 2,20 mètres, l’international américain est déjà un superbe produit physique.

Sa combinaison de physique et de technique lui permet de déployer un éventail offensif rare. Depuis le lycée, il s’agit d’un scoreur impressionnant en isolation. Très peu de défenseurs peuvent l’empêcher d’accéder au cercle, où ses qualités athlétiques lui permettent de finir facilement avec une belle efficacité (65 % de réussite au cercle). Son handle met une forte pression sur le cercle, notamment par ses drives main gauche et sa puissance fait souvent la différence. Ses 29 dunks en 26 matchs témoignent d’une certaine domination physique, notamment en transition.

Son bagage offensif ne s’arrête cependant pas là, chose rare pour un joueur aussi jeune (il n’a pas encore 19 ans). Avec plus de 40% de réussite en catch & shoot à trois points, Whitmore est déjà capable de jouer à la distance NBA. Ses qualités de shooteur peuvent lui ouvrir les drives si on arrive à créer ces situations pour lui.

Son rôle en attaque est également transposable sur le jeu sans ballon. Très fort rebondeur offensif et très bon cutter en mouvement, Whitmore est déjà capable de peser sur la défense adverse et doit être surveillé en permanence. Côté défensif, son profil physique très musclé et rapide sur ses appuis en fait un prospect très intéressant. Il est assez rapide d’appuis et assez tanké pour absorber tous les contacts. Il arrive souvent à les prendre de face, de sorte à rester face à son défenseur sur des séquences assez impressionnantes. Certains estiment même qu’il dispose d’un profil capable de défendre sur 3 voire 4 positions en NBA.

Un véritable porteur de balle de haut niveau ?

Aussi folle soit la cuvée 2023, Cameron Whitmore n’est pas constamment annoncé dans le top 5 pour deux raisons principales :

Avec autant de qualités offensives, on peut imaginer un profil de porteur de balle et de créateur de haut niveau depuis l’aile — à la manière de Paul George, Jaylen Brown ou Kawhi Leonard. Le seul souci est sa faible capacité à passer. À Villanova, Whitmore affichait un ratio d’assists à seulement 6,3 %, un chiffre historiquement faible. L’explication vient-elle de son rôle limité en attaque dans un système bien construit, d’une blessure qui l’a éloigné des systèmes en début d’année ou tout simplement d’un manque de volonté à faire des passes ? Quoiqu’il en soit, sa capacité de passe trop limitée me fait penser qu’il n’est même pas capable d’être un simple connecteur dans une attaque NBA si ce n’est pas pour scorer.

En ce qui concerne son scoring, j’ai de nombreux doutes quant à sa capacité à marquer en dehors de ses zones de prédilection. Lorsque l’accès au cercle est bloqué et qu’il ne peut pas tirer confortablement, Whitmore a du mal à faire preuve de créativité, notamment sur ses pull-up à mi-distance (2/15 sur les long mid range cette année).

Sur le plan défensif, bien qu’il soit intéressant individuellement, Whitmore a montré de nombreuses limites en termes de compréhension collective de la défense. Il pose souvent problème par sa défense loin du ballon. En retard sur ses close out, peu concentré et trop pris dans les switches, il devra progresser rapidement mentalement pour être positif même s’il ne cadre pas le porteur de balle.

conclusion

Cam Whitmore est un diamant brut, formé à une bonne école certes, mais qui a montré ses limites sur un jeu léché comme celui de Villanova. Il a tout pour devenir un grand ailier porteur de balle et mismatch offensif permanent : trop rapide pour les ailiers forts, sa puissance va poser des problèmes dès demain en NBA. Son potentiel est immense, et son tir lui permettra au minimum de faire carrière en tant que 3&D. Des qualités qui font, en temps normal, un top 5 de Draft.

place estimée à la Draft
top 60

Comparaisons

  • Saddiq Bey
  • Paul George
  • DeAndre Hunter

Photo : Patrick McDermott/Getty Images

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus