Tyrese Haliburton Indiana Pacers

Tyrese Haliburton, la pureté balle en main

par Benjamin Moubeche

À 22 ans, Tyrese Haliburton est un véritable rayon de soleil pour les Pacers. Portée par son style méthodique, la pépite d’Indiana brille par sa justesse et son efficacité. Meneur de jeu d’une pureté sans égale dans sa génération, il incarne l’avenir radieux de sa franchise, ainsi que, en partie, celui de la ligue.

« Je lui répète : « Tu es notre franchise player, nous allons aussi loin que tu nous portes » », explique TJ McConnell qui, dans sa huitième saison en NBA, considère que son travail consiste désormais à épauler son coéquipier pour en faire un meilleur joueur. « Quand on observe son potentiel, et on le voit tous, je pense que je ne rendrais service ni au club ni à lui si je ne me donnais pas à fond à l’entraînement pour l’aider à progresser. »

« Franchise Player » est, en effet, l’expression qui convient. Haliburton fait aujourd’hui partie des joueurs les plus responsabilisés de la NBA. Son Usage Rate de 28,2%, le pourcentage des possessions de l’équipe qui lui reviennent, est plus élevé que ceux de Nikola Jokic et Zion Williamson cette saison, à titre de comparaison. Si ses coéquipiers et son coach lui accordent tant de confiance, c’est parce qu’ils savent qu’il fera des merveilles avec les ballons qu’on lui donne.

Sélectionné en 12e position par les Kings en 2020, le meneur a dû apprendre à tirer le maximum de chaque possession. Sous le feu des projecteurs à Indiana, bien qu’il n’ait plus à partager la balle avec un joueur comme De’Aaron Fox, il a réussi à préserver cette qualité. La bonne décision, c’est généralement celle que prend Tyrese Haliburton.

De son jeu se dégage une impression de facilité exaltante, qui transparaît de plus en plus dans les chiffres. Le guard affiche cette année des moyennes remarquables de 20,6 points et 10,5 passes, à 49,3% au tir et 40,4% à trois points. En continuant sur ces standards, il pourrait devenir le premier joueur de l’histoire à terminer une saison à plus de 20 points, 10 passes et 40% à trois points. Une chose que n’ont jamais accomplie Stephen Curry, Steve Nash et Chris Paul, par exemple. Un potentiel exploit statistique qui met en lumière la ligne directrice de son jeu : l’efficacité.

Une philosophie : faire briller ses coéquipiers

Dès son arrivée dans l’échange de Domantas Sabonis, Indiana a su reconnaître le talent d’Haliburton, qui s’est aussitôt imposé comme la pièce centrale du projet. Chad Buchanan, le GM de la franchise, lui a tout de suite expliqué qu’il prendrait les rênes de l’équipe. « C’est quelque chose qu’il a aimé entendre », précise Buchanan. Ce statut, le meneur l’assume pleinement, sans altérer son ADN profondément altruiste.

Aujourd’hui, si tout le jeu du collectif gravite autour de lui, cela ne veut pas dire qu’il termine toutes les actions pour autant. Astre du système Pacers, la principale qualité de Tyrese Haliburton est de faire briller les autres. Le natif d’Oshkosh, dans le Wisconsin, est un créateur naturel, qui rend les joueurs qui l’entourent meilleurs.

Les 12 passes de Tyrese Haliburton face aux Wizards, le 28 octobre 2022.

Ses coéquipiers inscrivent ainsi 46,6% de leurs paniers sur ses passes décisives, le plus haut taux de la ligue. Le jeu offensif d’Indiana dépend énormément de lui, ce qui, jusqu’ici, lui réussit plutôt bien. Les Pacers sont la 8e attaque la plus efficace de la NBA depuis le début de la saison, avec une moyenne 114 points en 100 possessions, à égalité avec les Nuggets.

« Chaque soir, il va faire ce dont on a besoin. Il reste un pur meneur pass-first », assure son coach, Rick Carlisle. Passeur le plus prolifique de la ligue cette année, Haliburton a fait des autres sa priorité, plus que n’importe quel autre Franchise Player. Un merveilleux gestionnaire, qui pourrait certainement prétendre au surnom de « Point God » s’il n’était pas déjà pris.

Apprendre à être « un connard » pour le bien de tous

La philosophie de jeu du meneur, très portée sur la passe, a parfois été un frein à sa propre réussite. Il lui a fallu du temps pour comprendre que scorer n’est pas toujours égoïste. Quand c’est ce dont son équipe a besoin, il s’agit de la responsabilité d’un joueur de sa trempe.

Il y a près d’un an, Tyrese Haliburton a invité Drew Hanlen, l’un des entraîneurs personnels les plus estimés de la NBA, à dîner. Il espérait ainsi rejoindre une liste de clients prestigieuse, sur laquelle figurent notamment Joel Embiid, Jayson Tatum et Bradley Beal. Finalement, la discussion à elle seule a déjà suffi à marquer le parcours de la star naissante.

Convaincu par le potentiel offensif du sophomore, Hanlen lui a alors donné la clé de la réussite : pour devenir l’un des meilleurs, il faut scorer. « Il faut un certain temps pour qu’il soit programmé de manière à être une double menace, et pas seulement à la passe », détaille l’entraîneur, interrogé par The Athletic. C’est à ce moment qu’Haliburton a compris qu’il devrait changer de mentalité.

Petit à petit, Haliburton apprend à briller lui aussi, quitte à contredire son instinct. Il lui faut parfois aller à l’encontre de ses pulsions altruistes, pour se concentrer sur lui-même. « J’ai presque l’impression d’avoir gagné le droit de faire ça », justifie-t-il. « C’est une question de mentalité, n’est-ce pas ? C’est comme si je devais être un peu plus un connard, honnêtement. C’est la bonne terminologie. »

En bon « connard », l’ancien d’Iowa State prend le plus de tir de son équipe — 15,1 par match. Mais même dans ce contexte, il le fait toutefois avec la propreté qu’on lui connaît. À 49,3% au tir et 40,4% à trois points, Haliburton est l’un des extérieurs les plus adroits de la NBA. Surtout, son 1,26 point de moyenne par possession font de lui un l’un des scoreurs les plus efficaces de la ligue — au-dessus de Jayson Tatum sur cette statistique. Comme pour tout, il choisit habilement son moment pour frapper.

Devenir un meilleur scoreur ne fait pas de lui un joueur moins intéressant ou un meneur moins pur. De plus en plus dangereux en attaque, il attire davantage l’attention des défenses, ce qu’il utilise à son avantage grâce à son excellente lecture de jeu. Que ce soit pour prendre le bon tir ou pour faire la bonne passe, Tyrese Haliburton sait tirer profit de chaque opportunité.

Tyrese Haliburton vs Sixers
Tyrese Haliburton apprend progressivement à se mettre en avant, toujours dans l’optique de faire gagner son équipe. Photo : Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images

Aux Pacers, une culture de la jeunesse

« Lors de mes deux premières années, j’ai joué pour une équipe et une organisation qui n’avait aucune culture », ressasse l’ancienne pépite des Kings, brutalement honnête dans le podcast de JJ Redick. « L’avantage de venir à Indiana, c’est que je peux contribuer à la construction d’une culture ici. En fait, on attend beaucoup de moi. C’est ce que je préfère jusqu’à présent. »

Les Pacers sont effectivement l’équipe de Tyrese Haliburton. Cela ne fait aucun doute. Une position à son avantage, mais aussi à celui de la franchise compte tenu du talent et de la mentalité de sa star.

L’émergence du rookie Bennedict Mathurin (20 ans) ne peut que renforcer ce sentiment. « Nous jouons bien l’un avec l’autre. […] Naturellement, je pense que c’est un fit », analyse Haliburton. Le duo vend du rêve, en plus des autres pépites de l’effectif, comme Jalen Smith (22 ans), Aaron Nesmith (23) ou Andrew Nembhard (23).

S’il est encore trop tôt pour parler de « culture », une identité commence clairement à se dessiner. L’attaque rapide et portée sur le tir d’Indiana lui réussit étonnamment bien, correspondant par la même occasion parfaitement aux qualités de son maestro. Le jeu de la jeune équipe est fluide et impressionnant.

Après un début de saison en 1-4, elle est ainsi revenue dans le vert, avec un bilan positif (9-6) et la 5e place de l’Est. Si la piste du tanking reste privilégiée en cette année exceptionnelle, il ne faut pas sous-estimer les locaux lorsque l’on vient jouer à la Gainbridge Fieldhouse.

Déjà bien ancrés dans le présent, les Pacers semblent promis à un bel avenir. Celui qui l’incarne ne peut être un autre que Tyrese Haliburton, un joueur à la pureté rare, qui excède sans cesse les attentes à bien des égards.

Photo : Scott Taetsch/Getty Images

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus