EuroLeague : un Markus Howard de gala fait gagner Baskonia

par Baptiste Fauthoux

Pour le compte de la deuxième journée d’Euroleague, Baskonia recevait le Partizan Belgrade de Zeljko Obradovic en quête d’une première victoire, huit ans après avoir quitté la C1. Résumé du match et réaction du Français Matthias Lessort.

Aux abords de la Fernando Buesa Arena, les fans basques s’empressent dans les dernières minutes de l’échauffement. Tous se dépêchent pour ovationner leur légende Mirza Teletović (2006-2012), présent dans les gradins ce soir. Une belle fête s’annonce pour Baskonia qui joue pour la première fois devant son public cette saison en Euroleague. De son côté, le Partizan Belgrade entend bien débloquer son compteur avec ce deuxième match à l’extérieur.

Une entame à l’avantage du Partizan, puis un match équilibré

Les Serbes prennent la rencontre par le bon bout. Appliqués dans la construction de leur jeu tant offensivement que défensivement, ils creusent un premier écart grâce notamment à la domination intérieure de Mathias Lessort. Malgré quelques coups d’éclats basques, le Partizan n’est pas vraiment inquiété dans ce premier acte et mène de 9 points après 10 minutes (14-23).

Si la raquette du serbe continue son chantier avec Zach LeDay se joignant à Mathias Lessort, Vitoria ne va rien lâcher. Poussé par son public, Markus Howard va être le détonateur de la révolte basque. Grâce à trois flèches longues distances, il va littéralement réveiller son équipe. Les joueurs de Baskonia posent de plus en plus de problèmes à une défense qui les avaient jusque-là bien contenues.

Mathias Lessort, tout en puissance – Photo : Euroleague

Un jeu collectif retrouvé, une défense resserrée et une insolente adresse à trois points sur le quart temps (7/12) leur permettent de prendre les rênes du match à la pause (46-42). Le public est conquis, tandis que Zeljko Obradovic, déjà rouge tomate, exprime sa colère en jetant sa plaquette devant son banc de touche.

Baskonia surfe sur sa bonne dynamique pour prendre jusqu’à 7 points d’avance (55-48). Belgrade n’abdique pas et se repose sur son capitaine Kevin Punter qui sort de sa boîte au bon moment. L’arrière américain étale toute sa palette offensive. Shoot en sortie d’écran, tirs longues distance et finitions près du cercle leur permettent de revenir (60-59). Dans la peinture Zach LeDay seconde parfaitement son compatriote. La défense de Vitoria souffre mais les basques restent dans la partie (67-68, 30ème).

Markus Howard héroïque

Dans le dernier quart temps, la défense serbe étouffe Baskonia qui peine à trouver des solutions en attaque. Kevin Punter et Zach LeDay continuent leur chantier en attaque (26 points pour le premier, 24 pour le second), mais ils ne se détachent pas entièrement de leurs adversaires qui arrivent, non sans mal à rester au contact (72-76, 35ème).

Alors que le Partizan semblait tenir le match après un shoot clutch de l’inévitable Kevin Punter (82-86, 39ème), ce match, déjà de très haut niveau, va basculer dans une autre dimension. Par un trois points de Darius Thompson (85-86, 40ème), les espoirs basques renaissent. Et comme un miracle ne vient jamais seul, James Nunnally va donner une ultime chance en ne convertissant qu’un seul de ses deux lancers francs (86-89, 40ème).

Markus Howard, le héros de la soirée. – Photo : Euroleague

C’est dans une action en soliste que Markus Howard va plonger la Fernando Buesa Arena dans l’ivresse grâce à un tir primé (8/12 à 3 points sur l’ensemble de la rencontre) au buzzer qui enverra les deux équipes en prolongation (89-89, 40ème).

C’est ce même Markus Howard qui sera le fer de lance de la révolte basque, avec deux tirs de grandes classes portant son total à 33 points (96-96, 43ème). Les joueurs de Joan Penarroya ne seront plus rejoints, et s’envolent vers une deuxième victoire (103-97) en deux journées (103-97), sous l’ovation du public.

La réaction de Mathias Lessort

L’Analyste : Quel est ton ressenti par rapport à ce match ?
Mathias Lessort : Frustrant… cela reste une défaite en prolongation alors que l’on avait plus ou moins le match en mains. On a fait des erreurs en fin de match qui nous ont coûté la victoire.

A : D’un point de vue personnel, tu fais un bon match (19 points, 12 rebonds, 34 d’évaluation), on te trouve bien au poste bas, quel est ton ressenti individuellement ?
ML : J’ai bien commencé le match, après je pense qu’il y a quelques situations où j’aurais pu faire de meilleurs choix. On me trouve bien au poste bas mais ça ne suffit pas pour gagner des matchs. J’aurais pu faire un peu mieux, mais il faut juste que l’on progresse et que l’on apprenne de nos erreurs.

A : On constate une réelle progression par rapport au match contre l’Alba Berlin (défaite 100-84), est-ce que tu en retires du positif malgré cette défaite frustrante ?
ML : C’est clairement mieux qu’à l’Alba Berlin mais là on a fait deux matchs en Euroleague et à chaque fois les équipes ont scoré au-dessus de 100 points. Donc on a un problème en défense, il faut que l’on règle ça parce que l’on ne peut pas juste essayer de gagner en attaque. Il faut vraiment que l’on règle ce problème en défense.

Photo de couverture : Euroleague

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus