EuroLeague jours 3 & 4 : L’Olympiakos et le Fenerbahce continuent leur sans-faute, l’ASVEL déjà dans le dur

par Baptiste Fauthoux

La semaine dernière fut chargée pour les écuries européennes. Pas moins de 18 matchs en seulement 4 jours se sont tenus entre mardi et vendredi. Quelles sont les équipes qui en sont ressorties gagnantes ? Quelles sont celles qui ont sombré ? Voici le résumé complet de ces deux journées d’Euroleague.

L’Olympiakos de Sasha Vezenkov toujours invaincu cette saison – Photo : Euroleague

Le chiffre : 15

Dans le surprenant début de saison de l’Alba Berlin, le collectif se positionne comme le rouage essentiel. L’ensemble des joueurs de l’effectif berlinois apporte sa pierre à l’édifie et il arrive qu’un joueur sorte de sa boîte pour porter l’équipe à un tout autre niveau. Luke Sikma, lors de la 3e journée, a enfilé son costume des grands soirs pour venir à bout d’un Panathinaïkos sans idées (95-64). 16 points, accompagné de 15 rebonds dont 4 offensifs. Une performance majuscule, additionnée de 6 passes décisives, qui lui permet d’être logiquement élu MVP de la 3e journée. L’Alba Berlin, sans plusieurs de ses cadres (Maodo Lo, Tim Schneider, Marcus Eriksson), continue d’impressionner avec un bilan positif de 3 victoires pour une seule défaite.

Le fait marquant : Le Zalgiris Kaunas impérial à domicile

Pour leur retour à la Zalgirio Arena, les Lituaniens du Zalgiris Kaunas pouvaient compter sur le soutien indéfectible de leurs supporters. Toujours à guichet fermé lors des grandes soirées européennes avec une arena remplie de t-shirt verts, les hommes de Kazys Maksvytis ont fait régner la loi dans leur antre. Par deux fois, ils ont écarté lors de matchs très serrés leurs adversaires, pourtant favori.

Depuis le départ du messie national, Sarunas Jasikevicius, pour le banc du prestigieux FC Barcelone, les objectifs du club balte ont été revu à la baisse. Ce n’est pas pour autant qu’il est plus facile de venir s’imposer à Kaunas. En deux jours, les lituaniens ont dompté d’abord la Virtus Bologne (68-65) et le FC Barcelone (73-72). Sur leurs précédentes rencontres, ils ne s’étaient inclinés que sur de petits écarts contre le Maccabi Tel Aviv (84-83) et l’Olympiakos (90-80). De quoi être optimiste pour la suite, et pourquoi pas venir embêter beaucoup de grosses écuries.

Le bilan des français : L’ASVEL sombre, Monaco à deux vitesses

C’est seulement la 4e journée, mais la sensation grandissante que la saison de l’ASVEL va être très compliquée se confirme. Lors des deux rencontres face au Fenerbahce puis face au Maccabi Tel Aviv, l’illusion n’a duré qu’un temps. Corrigé par les turcs (84-63) qui n’ont pas encore perdu cette saison, il était attendu une réaction du côté de Tel Aviv deux jours plus tard. La réaction n’a duré qu’un quart temps.

Les coéquipiers d’un trop esseulé Nando De Colo se sont à nouveau lourdement inclinés en Israël (88-69). Et comme une mauvaise nouvelle ne tombe jamais seule, Joffrey Lauvergne déclarait sur les réseaux sociaux qu’il était victime d’une rupture du ligament croisé. Si l’ASVEL ambitionne de peu à peu se rapprocher des playoffs, il ne peut que pour le moment constater que le bout du tunnel est encore bien loin.

En début de semaine, les Monégasques ont connu leur premier revers sur le parquet du Maccabi Tel Aviv (78-70). Après avoir pourtant compté jusqu’à 15 points d’avance sur le step back signature d’Elie Okobo, la Roca Team a subi le retour des locaux portés par un grand Wade Baldwin IV (21 points, 7 rebonds, 5 passes décisives).

De retour dans l’avion jusqu’en Grèce, Sasa Obradovic a vite su remobiliser ses troupes pour aller chercher un précieux succès face au Panathinaïkos (80-83). Mike James, encore lui, s’est attelé à calmer les ardeurs grecques grâce à une très belle performance (27 points, 4 rebonds, 3 passes décisives). L’AS Monaco présente donc un très bon bilan de 3 victoires en 4 journées.

Le MVP de la semaine : Sasha Vezenkov

Durant le périple espagnol des rouge et blanc de l’Olympiakos, Sasha Vezenkov ne venait pas profiter du soleil ibérique. C’est même tout le contraire. L’intérieur bulgare à fait tomber la pluie sur les défenses adversaires et réalise un début de saison impérial. Sur les deux rencontres face au Real Madrid (victoire 87-89), puis face à Vitoria (victoire 92-97), il a compilé un total de 49 points à 73% et 19 rebonds. Déterminant à chaque fois, il réalise son meilleur début de saison en carrière et pourrait bien conquérir pour le titre de MVP de la saison.

La déclaration : « On n’aurait pas pu le faire sans les fans »

Après leurs deux premières défaites à l’extérieur, le Zalgiris Kaunas a enchainé deux victoires de rang. Des succès qui, sans les supporters, n’auraient pas pu être possible. Ce constat vient de Keenan Evans, grand artisan du premier succès des verts contre la Virtus Bologne. À guichet fermé lors de quasiment toutes les saisons d’Euroleague, les 15 000 supporters du Zalgiris Kaunas seront déterminant tout au long de la saison.

Calendrier Euroleague / Classement Euroleague

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus