Théo Maledon Equipe de France Basket

Théo Maledon : « Avoir des responsabilités m’anime »

par Hugo Le Vay

Evan Fournier et Rudy Gobert sont les leaders de l’équipe de France, c’est indéniable. Mais de l’autre côté, de nouveaux visages tentent de se faire une place dans le groupe. C’est le cas de Théo Maledon, meneur du Thunder de tout juste 21 ans, qui ne rêve que d’une chose : jouer avec les plus grands. « Chaque jour est un bon moyen d’être compétitif, d’y aller, de se la donner », affirme-t-il, déterminé à gagner son ticket pour l’Euro 2022 et s’imposer en NBA.

L’Analyste a pu échanger avec lui sur place en équipe de France et dans une franchise d’Oklahoma City en pleine reconstruction. L’occasion également d’évoquer la Draft de Chet Holmgren et Ousmane Dieng

L’Analyste : Vous étiez absent l’année dernière, qu’est-ce que ça vous fait de revenir en équipe de France ? 

Théo Maledon : C’est un plaisir de revenir jouer en équipe de France, participer au camp pour gagner une place pour l’Euro. Simplement d’apprendre de tous les joueurs qui sont déjà là, la manière dont l’équipe de France fonctionne. Je compte en apprendre le plus possible et m’en servir. 

Justement, qu’est-ce que ça fait d’intégrer un groupe déjà très fort, qui se connait depuis de nombreuses années ? Est-ce quelque chose qui se fait naturellement ? 

Théo Maledon : J’ai déjà joué contre pas mal de joueurs ici, en équipe de France. Même en jeune, les années précédentes. Ça facilite la tâche à coup sûr. Mais c’est sûr qu’on voit qu’il y a déjà un groupe bien formé, avec un noyau dur. Ça donne encore plus envie de s’y intégrer et de faire le mieux possible. 

« À chaque fois que j’ai l’occasion de jouer au basket, j’ai toujours tendance à vouloir m’affirmer et tout faire pour y arriver. »

On a l’impression que, malgré votre jeune âge, vous n’hésitez pas à prendre vos responsabilités. On l’a vu sur les précédents matchs, en attaque notamment, et lors des entrainements. Est-ce quelque chose qui est facilité par votre expérience en NBA ? 

Théo Maledon : Oui. Après, je pense que c’est aussi ma mentalité. À chaque fois que j’ai l’occasion de jouer au basket, que ce soit avec des potes, ici, ou en NBA, j’ai toujours tendance à vouloir m’affirmer et tout faire pour y arriver. 

Avoir des responsabilités m’anime. Pas qu’en attaque d’ailleurs, des deux côtés du terrain. Et prendre la confiance du coach, montrer que je suis un compétiteur et que je veux gagner, apporter un rôle individuellement, pour l’équipe. 

Vous sortez d’une saison très encourageante avec le Thunder. L’équipe est en pleine reconstruction. Comment vous positionnez-vous parmi tous ces jeunes très talentueux ? 

Théo Maledon : C’est sûr qu’il y a beaucoup de joueurs d’une même tranche d’âge. Mais ça se retourne en bonne compétition. C’est un bon moyen de, tous les jours, faire face à des joueurs qui sont dans une situation similaire à la tienne. Chaque jour, est un bon moyen d’être compétitif, d’y aller, de se la donner, de vivre avec les résultats. Mais c’est une bonne situation, je trouve. 

Théo Maledon Thunder Oklahoma City
Théo Maledon sous les couleurs du Thunder d’Oklahoma City, en NBA. Photo : AAron Ontiveroz/MediaNews Group/The Denver Post via Getty Images

Votre équipe a sélectionné Chet Holmgren lors de la dernière draft. Est-ce que vous pensez qu’il va faire prendre une autre dimension à l’équipe ? 

Théo Maledon : Je l’ai vu à la Summer League. J’ai pu le voir avec tous les rookies et Ousmane Dieng. Je pense qu’OKC l’a sélectionné pour une raison. Le but, pour l’équipe, sera d’être compétitif. Je ne pense pas qu’un seul joueur fasse une différence, mais que tout le monde apporte et que ça crée finalement quelque chose de solide au niveau collectif. 

Il y avait déjà un beau noyau de français l’année dernière à OKC avec Jaylen Hoard et Olivier Sarr notamment. Cette année, il y aura notamment Ousmane Dieng. Est-ce important pour vous d’avoir des joueurs français dans l’équipe ? Est-ce que ça facilite les choses ? 

Théo Maledon : Ça fait toujours plaisir. Nous sommes Français et, aux États-Unis, la culture est complètement différente. Il faut s’y adapter et vivre avec. Retrouver un peu ce côté français, la langue, les traditions, ça fait toujours très plaisir. 

Vincent Collet, qui n’a toujours pas annoncé sa liste des douze joueurs retenus pour disputer l’Euro, devra considérer Théo Maledon comme une option très sérieuse au poste 1. Auteur de très bons matchs avec les Bleus début juillet, le jeune meneur a sans aucun doute marqué des points auprès du sélectionneur. Il peut sérieusement envisager de partir en Allemagne en septembre, pour ce qui serait sa première compétition majeure avec la France.

Photo : Baptiste Fernandez/Icon Sport via Getty Images

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus