Draft 2022 : le bilan de la Conférence Ouest

par Florian Tixier

Ce 23 juin se déroulait le draft des 75 ans de la NBA, une édition 2022 remplie de surprises, qui a étonné bon nombre de spécialistes durant toute la soirée.
 

Cette cuvée 2022, parfois décriée par son manque de talents supérieurs ou de « franchise player » potentiels, reste cependant assez impressionnante de profondeur. En effet, des joueurs draftés au second tour semble posséder un potentiel de role player assez certains et il ne serait pas étonnant de voir beaucoup d’équipes utiliser leurs rookies dès l’an prochain.

Après avoir traité la conférence Est, voici un récapitulatif de la draft de l’Ouest, afin de mieux connaitre le noms des rookies et surtout ce qui explique leur sélection.

Oklahoma City Thunder : du grand art pour reconstruire

Chet Holmgren (2) – Ousmane Dieng (11) – Jalen Williams (12) – Jaylin Williams (34)

Le projet reconstruction du Thunder est-il en train d’arriver à son terme ? Alors que Jabari Smith n’a finalement pas été choisi en première position, Sam Presti n’a pas hésité et est resté sur son joueur favori, Chet Holmgren.

Alors que le jeu offensif est déjà largement géré par le guard play du duo Giddey & Shai, le Thunder avait ce besoin d’installer son ancrage défensif pour passer à l’étape supérieur. Presti met la main sur un profil unique sur qui construire un système défensif pérenne et efficace, pendant les dix prochaines années.

Chet apporte cette polyvalence, ce QI défensif et surtout cette protection de cercle qui permet au Thunder de voir plus loin et sera efficace sur Pick&Roll et surtout sur Pick&pop pour des créateurs comme SGA, Giddey, Maledon ou Mann dès l’an prochain.

Placé au cœur du projet Thunder, Dieng a tout pour réussir. Photo : Sport illustrated

Le Thunder s’est ensuite occupé de remplir ses ailes en allant chercher deux profils complémentaires. Tout d’abord en prenant dns les mains des Knicks le potentiel athlétique et créatif du français Ousmane Dieng et le profil sérieux et NBA ready de Jalen Williams juste après. Le Thunder continue donc d’accroitre son young core en mettant la main sur un des potentiels les plus importants de la draft avec l’ancien des Breakers et se permet de jouer sérieusement rapidement avec l’ancien go to guy de Santa Clara.

Comme si cela ne suffisant pas, le Thunder est également allé chercher un partenaire de raquette parfait pour Chet, au second tour avec le pivot d’Arkansas : Jaylin Williams. Beau bébé physique, Williams est un pivot mobile et intelligent qui va pouvoir décharger Chet en défense des profils physiques NBA tout en apportant son jeu de passe assez rare de l’autre côté. 

Un home run certains pour les joueurs des plaines de l’Amérique.

Houston Rockets : une draft de choix, agressive et défensive

Jabari Smith (3) – Tari Eason (17) – Tyty Washington (29)

Deux noms sortent des spécialistes quand on demande le gagnant de la soirée : Detroit et Houston.

Alors qu’on leur annonçait Paolo Banchero depuis des semaines, c’est Jabari Smith qui jouera finalement dans le Texas pour sans doute un fit beaucoup plus fidèle au jeu proposé par les Rockets. Adepte d’un jeu rapide, décousu et plutôt libre, Jabari Smith est ici un complément beaucoup plus logique aux créateurs Porter Jr et Green.

Meilleur shooteur, coureur et défenseur que Paolo Banchero, Smith va se régaler dans une équipe où le jeu ne sera pas obligé de passer par lui et où sa progression n’en sera que plus naturelle. Un duo d’avenir avec Jalen Green.

Houston était une des pires défenses de la ligue l’an dernier, la main mise sur Tari Eason en choix 17 va dans ce sens. Profil athlétique et ultra mobile depuis l’aile, Eason a présenté des statistiques défensives rares voir uniques à LSU cette année, avec un jeu offensif encore en chantier et un mental à faire évoluer. Eason représente un projet très intéressant en remplacement de J. Tate si celui-ci venait à demander beaucoup d’argent.

Et quel steal de récupérer le meilleur meneur de jeu de la draft en fin de premier tour avec Tyty Washington. Maitre à jouer et excellent sur transition, Washington a vu sa cote baisser en raison de la saison très moyenne de Kentucky. Alors que de nombreux doutes existent sur la position de meneur de jeu de Kevin Porter Jr, le projet de John Calipari pourrait le remplacer au pied levé si celui-ci se trouve plus complémentaire du duo Green – Smith.

Le trio plein de talents qui s’ajoute au projet Rockets. Photo : Karen Warren Houston Chronicle

On chantait déjà l’an dernier des louanges de Rafael Stone avec les draft de Green, Sengun et Christopher, il vient de nous refaire la même masterclass.

La surprise des Sacramento Kings

Keegan Murray (4)

On attendait les Kings pour faire bouger la soirée via des trades, beaucoup d’équipes voulaient ce pick 4 pour aller chercher Jaden Ivey. Alors que le consensus se regroupait sur le fait que Keegan Murray ne méritait pas un pick 4, il est finalement choisi par les Kings.


Aucun trade et une sélection au fit plutôt qu’au talent, le choix Kings par excellence. Keegan Murray reste un excellent joueur de basket qui devrait avoir plusieurs contrats NBA sur la prochaine décennie, un joueur capable de shooter, défendre et apporter un vrai liant à un collectif, mais qui manque cruellement de potentiel pour un pick 4. Alors que Jaden Ivey ou Shaedon Sharpe étaient disponibles, les Kings ont préféré jeter leur dévolu sur un joueur de 22 ans qui ne sera que la quatrième option (?) de l’équipe l’an prochain.

Alors que des équipes auraient pu se saigner pour récupérer ce pick, les Kings détonnent par leur inactivité et leur entêtement presque suicidaire de vouloir les playoffs l’an prochain. Alors que de potentiels All Star leur tendaient les bras, les Kings ont préféré choisir le role player.

Un choix de Monte McNair extrêmement critiqué et qui restera comme une erreur monumental si Ivey confirme le futur qu’on lui projette.

Et les autres …

Portland Trail Blazers : Shaedon Sharpe (7) – Jabari Walker (57)

Le projet Blazers est dur à analyser, alors que Lillard devrait prolonger rapidement dans son équipe de cœur. Après être allée chercher Jerami Grant, la franchise a choisi de jeter son dévolu sur l’homme mystère de l’année. Shaedon Sharpe, joueur reclassé à la dernière minute, n’a pas joué de l’année et reste sur une domination au niveau High School. Ailier ultra athlétique doté d’un bras assez impressionnant derrière la ligne, Sharpe est un joueur très jeune qu’il va falloir polir derrière les Simons, Hart et Little. Est que Sharpe aura le droit de faire des erreurs de jeunesse nécessaires à son bon développement dans une équipe qui veut offrir un dernier tour de piste à sa légende ? Le potentiel est monstrueux, attention à ne pas le gâcher dans Oregon.

La prise de Jabari Walker reste intéressante en fin de second tour. Ailier fort physiquement et capable de se fondre dans un collectif, l’ancien de Colorado pourrait se voir offrir un contrat dans ce role de soldat efficace par séquences.

Shaedon Sharpe a-t-il le talent pour être la suite de Lillard dans l’Oregon ? Photo : Oregon Live

New Orleans Pelicans : Dyson Daniels (8) – EJ Liddell (41) – Karlo Matković (52)

Aux côtés du trio de superstars Zion – McCollum – Ingram, les Pelicans avaient affiché leurs besoins : de la défense et de la création. Carton plein pour le profil de Dyson Daniels. Arrivé sur la pointe des pieds en Ignite l’an dernier, ce sera finalement le seul joueur de l’équipe drafté au premier tour. Excellent défenseur et grand créateur, Daniels sera un profil complémentaire à coté de Mccollum en tant que second créateur de l’équipe ou en charge de la seconde unit, un superbe fit dans le Bayou.

Une super prise en second tour également en allant récupérer l’ailier fort d’Ohio State. EJ Liddell est un talent de premier tour, mais a chuté jusqu’en 41 pour le plus grand bonheur des Pelicans. Si Zion continue à galérer avec ses blessures, Liddell aura sa chance en tant que poste 4 offensif, fort sur pick&Roll et sur short roll à côté des créateurs de talents de la Louisiane.

San Antonio Spurs : Jeremy Sochan (9) – Malaki Branham (20) – Blake Wesley (25)

Reconstruction ! Tel est le maitre mot des Texans pour les prochaines années, et leur draft va parfaitement en ce sens. À peine 19 ans pour les trois jeunes sélectionnés par les Spurs, tout est dit.
Sochan représente le projet ultime, glue guy parfait en devenir, c’est un possible all defensive player à terme et peut devenir plus s’il débloque son tir.

Branham était parfois annoncé jusqu’aux portes du top 10 et chute finalement jusqu’en 20e place. Des doutes existaient sur sa capacité à autant agresser le cercle à l’échelon supérieur, mais le potentiel de fort scoreur est bien présent pour l’ancien d’Ohio State qui devrait avoir sa chance rapidement suite au départ probable de Lonny Walker.

Blake Wesley restait l’un des mystères de la draft. Alors qu’on reconnaissait le talent et le potentiel de l’ailier de Notre Dame, il manque encore trop de handle et de création pour apporter durablement en attaque.

Une draft malgré tout critiquable tant les Spurs sont en train de faire une collection de joueurs similaires. Entre Primo, Vassell, Sochan, Johnson, Branham et Wesley, les Spurs possèdent une flopée de glue guy efficace, mais toujours pas de potentiels leader offensif. Un joueur à récupérer en 2023 ?

Sochan, Branham & Wesley, le projet bébé des nouveaux Spurs. Photo : via San Antonio youtube

Memphis Grizzlies : Jake Larravia (19) – David Roddy (23) – Kennedy Chandler (38) – Vince Williams (47)

Le projet est en place du côté du Tennessee avec une star et des lieutenants tous désignés, il ne reste plus qu’a mettre en position des role players de qualités pour entourer ce groupe qui fonctionne.
Les Grizz ont décidé de faire partir un De’Anthony Melton pourtant efficace pour parier sur des joueurs âgés, mais efficaces le soir de la draft. Avec l’ajout des ailiers Larravia et Roddy, Memphis met la main des joueurs sérieux, efficaces et intelligents sur le terrain. Tous deux bons shooter et bons défenseurs, ils apportent cette polyvalence nécessaire sur le poste suite au probable départ de Kyle Anderson.

La jolie prise vient du second tour, où Kennedy Chandler, mini maestro de Tennessee reste dans son état favori. Alors que Tyus Jones fait des envieux sur le continent, Kennedy Chandler est un meneur de jeu véloce et bon défenseur malgré sa petite taille, qui est capable de faire jouer tout un groupe sur un simple jeu de P&R. C’est lui que Memphis a choisi pour, à terme, prendre les clés de la second unit derrière Morant.

Denver Nuggets : Christian Braun (21) – Payton Watson (30) – Ismael Kamagate (46)

Destiné à jouer le titre l’an prochain, Denver devait choisir entre un projet ou un joueur sérieux sur son pick, ils feront les deux en récupérant ce choix 30 aux mains du Thunder. Avec Christian Braun, les Nuggets mettent la main sur un champion en titre du côté de Kansas, joueur intelligent, polyvalent, athlétique et bon shooteur. Braun devrait disposer de minutes sérieuses dès l’an prochain, surtout suite au départ de Barton.

Avec Watson, les Nuggets choisissent un projet qui va mettre du temps à éclore. L’ancien d’UCLA et de Team USA est un talent brut qu’il va falloir polir durant plusieurs années, mais on connait la force du système de développement des rocheuses.

Quant à Ismaël Kamagate, les Nuggets ont déjà annoncé qu’ils compteront sur lui à l’avenir, mais il devrait rester en France pour au moins une saison.

Le pivot français aux côtés des premiers tours des Nuggets. Photo : Denver Nuggets Facebook

Minnesota Timberwolves : Walker Kessler (22) – Wendell Moore Jr (26) – Josh Minott (45) – Matteo Spagnolo (50)

Une draft profonde et intéressante pour les loups du Minnesota. On connait leur projet de faire évoluer davantage KAT dans un role d’ailier fort l’an prochain. Les Wolves sont donc allés chercher ce profil de grand capable de jouer à ses côtés en attaque tout en défendant le cercle avec efficacité avec Kessler.

Jamais à court de 3&D efficace en sortie de banc depuis les ailes, Wendell Moore Jr aura des minutes dès l’an prochain, efficace et sérieux suite à son passage prolongé à Duke. Moore va faire un bout de carrière en NBA.

Dallas Mavericks : Jaden Hardy (37)

Sans pick véritablement intéressant, les Mavs ont pourtant réalisé la plus belle action de la soirée. En récupérant Jaden Hardy, mystérieusement tombé jusqu’au second tour, les Texans mettent la main sur un talent anciennement annoncé top 5 de sa draft. Très fort shotmaker et disposant d’outils physiques très intéressants, Hardy devrait s’éclater face à des bancs NBA pour commencer. Attention à la possible prochaine surprise du second tour après Jalen Brunson pour les Mavericks.

Attendu dans le top 20, Jaden Hardy va-t-il s’imposer comme un lieutenant de Doncic ?
Photo : Steve Freeman / NBAE via Getty Images

Golden State Warriors : Patrick Baldwin Jr. (28) – Ryan Rollins (44)

Les Warriors s’arrêteront-ils un jour de bien drafter ?

Anciennement annoncé dans le top 10 de sa draft, Baldwin Jr a chuté suite à sa saison dramatique du côté de Milwaukee, mais reste un projet intéressant, surtout dans les mains des Dubs. Très grand shooter, Baldwin dispose de 3-4 ans pour bosser avec les meilleurs vétérans de la ligue pour convaincre les dirigeants d’en faire une pierre essentielle du prochain projet des Warriors.

Un projet dans lequel il faudra inclure Ryan Rollins, l’arrière / ailier qui a tapé dans l’œil des dirigeants, qui ont déboursé une jolie somme pour le récupérer. Profil athlétique et polyvalent, il pourrait en surprendre plus d’un, en G League tout d’abord.

Los Angeles Lakers : Max Christie (35)

Les Lakers voulaient drafter un jeune lors de cette édition 2022, ils sont donc allés chercher ce 35e choix pour mettre la main sur le produit de Michigan State, le shooter Max Christie. Malgré une saison en demi-teinte, Christie dispose d’un talent au shoot assez rare et pourrait obtenir sa chance dès l’an prochain dans l’effectif des pourpres et or.

Los Angeles Lakers : Moussa Diabata (43)

Le deuxième français drafté la semaine dernière. Moussa Diabate a fait une saison plus qu’intéressante du côté du Michigan cette année et s’en est vu récompensé par une sélection chez les Clippers. Véritable energizer et défenseur impressionnant, il ne serait pas choquant de voir les Clippers lui proposer un contrat rapidement alors que leur poste de pivot n’est pas le plus fourni.

Photo de couverture : Brian Babineau | Crédits : NBAE via Getty Images

Écouter cet article

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus