Bordeaux, terre d’accueil des Challenger & Women’s Series 3×3

par Teddy Perez
Publié le Modifié le

La saison de 3×3 bat son plein lors d’un nouvel été où la discipline évolue à vitesse grand V. Depuis l’arrivée du 3×3 aux Jeux olympiques de Tokyo en 2021, ce spectacle physique et tactique profite d’une belle exposition. Les médailles décrochées fin juin à Anvers à la coupe du monde viennent renforcer cette croissance de la discipline en France.

En collaboration avec la FFBB, la Ligue Nouvelle-Aquitaine de basketball a accueilli à Bordeaux deux tournois internationaux de 3 contre 3 du mardi 5 juillet jusqu’au jeudi 7 juillet. Un événement inédit en Gironde, qui venait également lancer la première équipe professionnelle de 3×3 masculine en France : la Team Paris 3×3.

L’Analyste s’est rendu sous le soleil de Bordeaux le mardi 6 juillet pour vous faire découvrir une des étapes de la troisième édition des Women’s series ainsi qu’un Challenger masculin avec deux équipes françaises engagées dans la compétition.

Challenger et Women’s series : mais qu’est-ce que c’est ?

Le Challenger est une compétition masculine qualificative pour le Master 3×3 qui font tous deux partis du World Tour. En l’occurrence, celui-ci permettra aux deux équipes les mieux classées (les deux finalistes) d’accéder au Master de Debrecen (Hongrie), les 27 et 28 août 2022.

Quant aux Women’s series, elle est une compétition qui permet aux fédérations nationales féminines et à certaines équipes retenues de s’affronter. Créé en 2019, le FIBA 3×3 Women’s Series est l’événement numéro un du circuit professionnel féminin 3×3.

Les 12 équipes inscrites à Bordeaux ont tenté d’accéder aux finales, qui se dérouleront du 14 au 18 septembre 2022 à Constanta (Roumanie), pour succéder aux Allemandes, vainqueures lors de l’édition 2021.

L’équipe de France figurait dans le même groupe que l’équipe bordelaise Ballistik. Les Bleues, en blanc, avait remporté ce premier match.

Du haut niveau à Bordeaux

Les tournois de 3×3 ont pour habitude de se loger au coeur des villes. Ces éditions du Challenger et des Women’s series n’ont pas manqué d’animer Bordeaux et sa Place des Quinconces. Un cadre rêvé pour une journée chaleureuse et extrêmement compétitive. Chez les femmes comme chez les hommes se trouvaient des joueuses et joueurs titré.e.s aux niveaux européen, mondial et olympique, prêt.e.s à tout pour décrocher les cash prize offerts aux gagnant.e.s.

Pour accompagner les rencontres, Bordeaux avait vu les choses en grand avec l’animateur officiel des compétitions 3×3 en France, le vocal Vincent Royet, et un DJ actif toute la journée.

L’événement bordelais était l’occasion pour les équipes françaises de se frotter une nouvelle fois aux meilleures nations du monde. Les jeunes de l’équipe de France U24 ont d’ailleurs fait bonne impression en se hissant jusqu’en demie-finale. Lors de leur entrée dans la compétition, Camille Droguet et ses coéquipières avaient renversé les Allemandes.

Invitée de dernière minute, les bordelaises de la Ballistik, équipe en tête de la compétition d’Open Plus cet été (le championnat estival de la ligue française), ont également participé à la fête !

En demie-finale des Challenger, la Team Princeton et ses deux champions du monde américains, ont surclassé la Team Versailles de Dominique Gentil.

L’heure de la revanche !

À la maison, les équipes françaises engagées dans les compétitions n’ont pas pu célébrer un titre devant leur public. Le Challenger du mardi a vu les Belges d’Anvers remporter le tournoi contre les Américains de Princeton. Les Belges avaient terminé 4e de la coupe du monde deux semaines plus tôt, battus par la France au bout des prolongations.

Avec à leur bord Thibaut Vervoort et Nick Celis, les Belgium Lions se sont défaits de la Team Paris 3×3 d’Alex Vialaret. En finale contre Canyon Barry et ses coéquipiers, la Team Antwerp a poursuivi ses efforts. Plus physiques et surtout en réussite dans leurs tirs extérieurs, rien ne pouvaient résister aux belges.

Aux côtés du Président de la FFBB, Jean-Pierre Siutat, les Belges ont décroché le cash prize et leur ticket pour les Masters de Debrecen.

Les Women’s series, réparties elles-aussi sur deux jours, du mercredi au jeudi, ont vu s’imposer les Espagnoles d’une Sandra Ygueravide magistrale. Meilleure scoreuse du tournoi avec 46 points, elle a cuisiné toutes ses adversaires, y compris l’équipe de France en finale.

Pourtant, les Bleues étaient venues avec trois des quatre joueuses présentes à la coupe du monde. Laëtitia Guapo, Myriam Djekoundade, Hortense Limouzin, qui avaient battu l’Espagne en Quart de finale à Anvers sont, cette fois, tombées face à leur meilleure ennemie, l’Espagne championne d’Europe 2021.

Sandra Ygueravide impériale, a rayonné durant les deux journées de compétition.

Mieux comprendre la discipline avec les mots d’un grand du 3×3 français : Karim Souchu

Le circuit international estival offre cette merveilleuse possibilité afin de progresser et d’installer rapidement la France dans les meilleurs rangs mondiaux. Le travail enclenché depuis une dizaine d’années par la Fédération française et ses acteurs porte ses fruits de jour en jour. Mais le chemin est encore long … C’est Karim Souchu, ancien joueur et désormais sélectionneur de l’équipe de France de 3×3, qui en parle le mieux. Nous l’avons rencontré à Bordeaux.

Ces compétitions internationales sont essentielles pour le staff de l’équipe de France. Elles nous permettent de rapporter des points pour le ranking global et participer en fin de saison à des compétitions encore plus cotées.

Être invité à de plus en plus de tournois d’été, c’est ce qui nous fait avancer. Cela nous permet de voir davantage de joueuses et joueurs et développer un réservoir encore plus important. Tout le reste de l’année, notre staff travaille sur l’organisation des compétitions, on réalise des stages, des sélections et puis il y a la ligue professionnelle masculine 3×3 qui va voir le jour en France. Cette dernière compétition, qui s’étale sur une saison sportive classique, n’existe malheureusement pas encore au niveau féminin.

Dans l’équipe de France féminine actuelle, il y a un mélange de générations avec des joueuses qui évoluent en Senior depuis plusieurs années et des joueuses issues de l’équipe U23. Cela montre qu’il y a une véritable continuité entre les catégories. Il faut poursuivre ce travail, cette détection, pour pérenniser cela.

Karim Souchu sur l’objectif des Women’s Series et Challenger et les étapes de développement du basketball 3×3 français

Les touts débuts du 3×3, en 2012 où c’est le lancement des premières compétitions internationales. C’est ce qui m’a personnellement donné envie de continuer. D’autres moments ont été incroyable : la coupe du monde 2017 à Nantes, les titres de championnes d’Europe chez les Femmes et vice-champions d’Europe chez les Hommes en 2019, la coupe du monde 2022 a aussi été une belle consécration.

Désormais, l’objectif ultime c’est d’amener les deux équipes de France aux Jeux Olympiques. Ce serait magnifique. La proximité que l’on peut avoir entre les staffs, les joueuses et joueurs, l’interaction avec public, c’est la beauté du 3×3. C’est une discipline qui demande beaucoup d’énergie et qui donne énormément d’émotions.

Karim Souchu revient sur les grands moments du basketball 3×3 français et ses souhaits à venir

Source photos : ©FIBA 3×3

Écouter cet article

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus