Draft 2022 : les derniers joueurs assurés du premier tour

par Florian Tixier
Publié le Modifié le

Après avoir étudié un certain nombre de profils durant ces dernières semaines, il est désormais temps de conclure cette série d’articles à travers quelques prospects qui devraient occuper les dernières places du premier tour de la draft 2022.

En effet, une vingtaine de prospects ont déjà été présentés sur les précédents articles, essayons maintenant de conclure ce premier tour avec une douzaine de joueurs qui devraient, sans trop de surprises, permettre de conclure ce premier tour lors de la soirée du 22 juin prochain.

Pour aller plus vite entre les profils, nous avons décidé de diviser ces analyses en fonction des postes dits « modernes » soit 4 profils de porteurs de balles, quatre ailiers et quatre intérieurs :

Porteurs de balles

  • Kennedy Chandler – freshman (19 ans) – Tennessee
  • Trevor Keels – Freshman (18 ans) – Duke
  • Dalen Terry – Sophomore (19 ans) – Arizona
  • Hugo Besson – International (21 ans) – New Zealand

La draft 2022 n’est pas une draft de porteurs de balles, c’est plutôt une draft de grands dans le top 3 puis d’ailiers polyvalents sur la suite de la soirée. Ceci explique que peu de meneurs de jeu seront choisis au premier tour. On peut également s’attendre à ce que certaines franchises draftent des joueurs à un spot beaucoup plus haut qu’ils ne le méritent par leur rareté.

En dehors de Jaden Ivey, Dyson Daniels et Tyty Washington Jr, peu de prospects du haut du panier ne se détachent vraiment par leur capacité à porter la balle de façon efficace lors de cette draft 2022.

Kennedy Chandler se détache naturellement de toute autre compétition par son profil. Le leader de Tennessee est d’ailleurs le seul véritable meneur de jeu draftable au premier tour et son profil rare en 2022 pourrait le pousser aux portes de la lottery.

Créateur hors pair et génie du pick & Roll, Chandler a utilisé sa vision, sa vitesse et son QI basket pour être le chef d’orchestre des Volunteers toute l’année. L’international US fait preuve d’un leadership sans faille sur le terrain qui lui permet de créer quasiment à partir de rien ou d’un simple pick&Roll. Rapide et efficace sur jeu de transition, son profil devrait plaire à une équipe qui pourra cacher ses faiblesses.

Mesuré à 1m84 et malgré un talent défensif certains, Chandler inquiète par sa petite taille. Il a parfois du mal à défendre sur beaucoup plus grand et sera ciblé dans la grande ligue. Alors que son shoot est encore en chantier, il a toutefois montré ses faiblesses pour finir au cercle face à une défense rugueuse.

Un maestro de la création et du Pick&Roll, avec un plancher assez haut qu’il faudra inclure dans un système, un profil à la Sharife Cooper qui était déscendu jusqu’au deuxième tour l’an dernier.

En dehors de Chandler, la franchise voulant ramener un porteur de balle aura différents choix à sa disposition. Une décision plus défensive avec Trevor Keels, un role player de qualité certaine avec Dalen Terry ou alors un coup de poker pour un possible 6e homme avec Hugo Besson.

Le meilleur meneur pur de la draft, mesuré seulement à 1,84m pour Chandler. Photo : Kim Klement / USA Today Sports

Trevor Keels était le « meneur de jeu » sur le papier pour Duke cette année même si le ballon était tout d’abord dans les mains de Wendell Moore ou Paolo Banchero. Fort défenseur et fort shooteur, Keels est un des prospects les plus jeunes de la draft mais se montre pourtant comme un des joueurs les plus développés physiquement. Véritable tank capable de driver une attaque comme de se montrer shooter, son profil intrigue et intéresse les franchises qui voudront le faire jouer à côté d’un porteur de balle principal à l’avenir.

Le nouveau 3&D potentiel depuis le poste 1 avec Trevor Keels. Photo : Grant Halverson / Getty Images

Dalen Terry n’est pas un « porteur de balle » au sens premier du terme non plus. Poste 1 d’Arizona à côté de Ben Mathurin, c’est bien ce dernier qui était dépositaire de l’attaque des Wildcats. Sophomore de 2m04 pour plus de 2m13 d’envergure, Terry se pose déjà comme un des meilleurs défenseurs de sa classe et a montré qu’il serait, à terme, un véritable 3&D de qualité dans la grande ligue. Son jeu offensif est encore trop limité pour lui donner la balle, même face à des bancs NBA mais son profil de possible shooter – défenseur de grande qualité pour cacher les créateurs stars de la ligue – intéressera des franchises le 22 juin prochain.

Et si un deuxième français se glissait au premier tour ? Hugo Besson a pour l’instant les faveurs d’un second tour mais des franchises se penchent de plus en plus sur son cas, surtout depuis le Combine ou Besson a performé. Totalement différent des autres porteurs de balles de la cuvée, le choletais de formation est un scoreur né. Fort shooter capable de se créer lui-même ses positions, Besson a cartonné toute l’année en Nouvelle Zélande. Ses qualités de shotmaker et de créateur en ont fait un possible choix pour une franchise à la recherche de création sur son banc à la manière d’un Tyler Herro cette année.

Ailiers

  • Ej Liddell – junior (21ans) – Ohio State
  • Marjon Beauchamp – Senior (21ans) – G League Ignite
  • Nikola Jovic – International (19 ans) – Mega Basket
  • Kendall Brown – Freshman (19 ans) – Baylor

De la crème Smith / Banchero / Sharpe jusqu’aux joueurs confirmés Mathurin / Murray / Davis en passant par les paris Griffin / Dieng / Eason, la draft 2022 est remplie d’ailiers à tout faire et il faudra aller jusqu’en fin de premier tour pour continuer à piocher ces profils si populaires dans la NBA actuelle.

Pour fermer ce premier tour, on pourra notamment trouver deux roles players de qualité en E.J Liddell et Marjon Beauchamp mais aussi deux joueurs à fort potentiel, chacun dans leur spécialité avec Nikola Jovic et Kendall Brown.

E.J Liddell est le prototype du role player qui devrait plaire aux franchises qui veulent donner un coup de pouce offensif immédiat à leur raquette. Déjà en vue lors de la draft 2021 après une progression certaine pour sa deuxième année, l’ailier fort d’Ohio State, du haut de ses 2m05, a préféré repartir pour s’affirmer comme un premier tour assuré en 2022. Fort attaquant, E.J Liddell est un poste 4, petit poste 5 au jeu offensif très développé. À la fois capable de s’écarter avec confiance comme le montre ses 37% de réussite derrière la ligne, il est capable de scorer dans de nombreuses positions, après pick & roll, en short roll et même au poste. Son potentiel reste cependant assez limité avec un athlétisme assez moyen et un côté unidimensionnel et faible défenseur assez criant.

E.J Liddell parti pour rejoindre M. Branham avec deux joueurs d’Ohio State au premier tour ? Photo : elevenwarriors.com

Marjon Beauchamp, par contre rassure de ce côté là du terrain. L’ailier de l’Ignite dispose d’un parcours assez original. Talent reconnu de tous depuis le lycée, il a préféré se préparer de son côté pour ensuite passer par l’Ignite, devenant ainsi le prospect le plus vieux du programme. À déjà 21 ans, Beauchamp s’affiche presque en produit fini mais est capable de s’imposer comme un role player solide dès l’an prochain. Shooter assez moyen, Beauchamp est à l’aise dans de nombreux systèmes. Fort rebondeur, bon défenseur et joueur intelligent, il fera le bonheur d’une franchise de top niveau en fin de premier tour.

Côté jeunesse et potentiel, Nikola Jovic et Kendall Brown se montre d’autant plus sur cette fin de premier tour. Leader Serbe de sa classe d’âge, Jovic est attendu à la draft depuis de nombreuses années. Membre du meilleur 5 du championnat du monde U19 l’an dernier, Jovic est un ailier polyvalent comme en raffole la NBA ces dernières années. Grand créateur et excellent shooter, Jovic peut tout faire sur un terrain malgré ses 2m12, la franchise qui le sélectionnera devra ne pas le brider pour faire exploser son potentiel.

Kendall Brown était lui attendu dans le top 10 il y a encore quelques mois mais il a passablement déçu du côté de Baylor cette année. Profil physique et athlétique par excellence, c’est davantage sur son côté basketteur pur qu’il laisse perplexe de nombreux front office. Capable de montrer des flashs de créations, de shoot et même de handle, Brown n’est pour l’instant qu’un athlète polyvalent en projet sur lequel il va falloir être patient mais dont le jeu pourrait en valoir bien plus que la chandelle.

Habitué à présenter des joueurs confirmés, Baylor est sur le point d’envoyer deux freshmen avec Sochan(#1) et Brown (#2). Photo : Kevin Jairaj-USA TODAY Sports

Intérieurs :

  • Walker Kessler – sophomore (20 ans) – Auburn
  • John Butler – Freshman (19 ans) – Florida State
  • Christian Koloko – Junior (22ans) – Arizona
  • Ismael Kamagate – International (21 ans) – Paris Basketball

On présente beaucoup cette draft 2022 comme une draft de « grands » en raison du top 3 qui devrait se composer de trois intérieurs. En dehors de celui-ci, seul Jalen Duren parait assuré de lottery et même d’un premier tour. Mais si votre franchise veut un profil de pivot, vers qui se tournera-t-elle donc ?

La possibilité Walker Kessler est assurément une piste en vogue en fin de premier tour tant son année fut étincelante du côté d’Auburn. Aux côtés du top pick Jabari Smith, Kessler est un beau bébé de 2m16 et 120 kilos avec une envergure très intéressante de 2m26. Le pivot de bientôt 21 ans affiche un profil de protecteur de cercle qui attirera les franchises en quête de défense. Clé de voute du système défensif d’Auburn, Kessler est un prospect qui change une défense par une dissuasion hors du commun. Utile en attaque par ses gros écrans, son placement/QI basket et son bout de shoot, il va devoir néanmoins se montrer capable de switcher en défense tant il parait lent et « pataud » au possible avec quelques kilos en moins. Il risque de devenir une cible favorite des guards NBA.

Holmgren vs. Kessler, qui est le meilleur contreur de la classe 2022 ? Photo : Jacob Taylor / Auburn University Athletics

Si une franchise croit en son programme de développement en interne pour les grands et sait se montrer patiente, le projet John Butler devrait attirer beaucoup de regards pour l’un des prospects les plus intrigants de 2022. 2m15 pour plus de 2m20 d’envergure, 39% à trois points, bon protecteur de cercle et capable de défendre sur des petits. Voilà un profil de licorne qui pourrait partir dans le top 5, si le produit n’était pas qu’à un stade embryonnaire. Incapable de dépasser 80 kilos sur la balance, Butler explose à chaque contact et montre clairement qu’il préfère jouer loin d’eux. L’intérieur de Florida State va devoir se développer s’il veut exister sur un vrai rôle en NBA.

Pour finir, les franchises se tourneront vers deux profils assez similaires qui seront en concurrence pour un spot en fin de premier tour pour une franchise qui recherche un joueur efficace sur courte séquence capable de protéger son cercle et de faire du rim run. Un camerounais d’un côté, un français de l’autre. Christian Koloko, junior d’Arizona arrive à la draft en tant que joueur accompli du circuit NCAA, il connaît son rôle sur le bout des doigts et saura se montrer efficace dans cette demande d’intérieur moderne capable de poser de bons écrans, se flasher, attraper les lobs, courir en contre-attaque et de défendre son cercle sans se faire cibler de l’autre côté.

On pourrait tirer le même profil pour Ismael Kamagate. L’intérieur du Paris Basket, fraichement élu meilleur défenseur de Betclic parait moins efficace au premier jour mais semble posséder un meilleur potentiel défensif que son camarade de draft. Late Bloomer, Kamagate impressionne par une combinaison taille-mobilité et sens du contre qui pourrait intéresser de nombreuses franchises en quête d’efficacité mais d’un bout de potentiel.

Après une superbe transition vers la Betclic, Kamagate peut-il continuer sur sa lancée en NBA ?
Photo : Thierry Larret / Maxppp
Écouter cet article

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus