Dorées et Bronzés : retour sur le parcours de la France à la Fiba World Cup 3×3 2022

par Teddy Perez
Publié le Modifié le

La saison de 5×5 est déjà terminée dans la majorité des grands championnats. Avec l’arrivée des beaux jours, et de leur forte chaleur, c’est donc le retour du 3×3 sur vos parquets outdoor préférés ! L’été dernier, la discipline a enfin pris un peu de lumière, et de considération, aux derniers Jeux Olympiques de Tokyo. Il faut désormais confirmer la belle ascension du 3×3, et cela passe aussi par en parler dans les médias ! Alors, on prend la direction de la Belgique pour mettre l’accent sur la FIBA World Cup 3×3, qui a démarré ce 21 juin à Anvers.

En septembre dernier, Paris avait accueilli la Fiba Europe Cup 3×3, dans un cadre de rêve entre la place du Trocadéro et la Tour Eiffel. Les Bleues avaient décroché la médaille de bronze à la maison pendant que étales espagnoles étaient reparties avec l’or. Chez les hommes, Antoine Eito et ses coéquipiers avaient échoué en quart de finale face aux Serbes. Des Serbes victorieux en fin de journée parisienne et qui figurent parmi les grands favoris de ce championnat du monde.

Journée 1 – 21/06 : début physique et mitigé chez les hommes

Premier jour de compétition et nos Bleus, qui appartiennent à la poule A, ont déjà foulé le terrain d’Anvers. En ce mardi après-midi, deux matchs étaient programmés pour les joueurs de Karim Souchu. Une entrée en matière plus difficile que prévue et qui laisse, il faut l’avouer, déjà quelques regrets …

Nos français ont d’abord réalisé un bon démarrage face à la Nouvelle-Zélande. Victoire 21-13 et beaucoup de satisfactions dans un début de compétition qui n’est jamais facile à appréhender. Antoine Eito a été le grand artisan de la réussite. des Bleus en blanc (3 tirs à 2 points marqués et le panier de la victoire en prime).

Cette « promenade de santé », somme toute physique, ne s’est pas répétée lors du second match de la journée. Face au Brésil, la France n’a pas manqué d’intensité durant toute la rencontre – en témoigne le premier point du match inscrit par un dunk de Franck Seguela. La France a été devant pendant une grande partie du match mais l’écart a toujours été très serré. À noter durant les temps forts français, les bonnes lectures de jeu d’Alex Vialaret, toujours à la recherche d’un coéquipier démarqué.

Les brésiliens ont rapidement su trouver les solutions pour embêter nos français. Aucun shoot n’a été facile pour ces derniers, très souvent pressés ou pris à deux pour accéder au panier. À 4min30, Antoine Eito avait permis aux français de souffler avec une action à trois points (panier à 2 points avec la faute, transformée au lancer). Mais ça n’a pas calmé les ardeurs brésiliennes …

Les Bleus ont cafouillé avec leurs possessions et ont commis leur septième faute, les confrontant à la pénalité, trop tôt dans la rencontre. 14 partout à 1min30, puis 15 à 14 pour les joueurs en jaune & vert. Léo Cavalière, amené aux lancers par la septième faute brésilienne, fait du 1/2 et permet à son équipe d’égaliser. Mais sur la possession brésilienne suivante, les sud américains repassent devant. L’ultime action du match ne donnera rien pour les français avec un shoot impossible d’Alex Vialaret. Score final : 16-15 Team Brasil.

Les brésiliens, en tête de série numéro 17, ont donné du fil à retordre aux Français. Combatifs et profitant des maladresses françaises, ils repartent avec la victoire. Quant à eux, nos français devront rapidement corriger le tir. Et ce ne sera pas une mince affaire puisqu’ils rencontreront les sélections de Porto Rico et de la Serbie ce jeudi. L’objectif est clair : sortir des poules, même s’il faudra sans doute passer par la case des barrages.

Les femmes feront leur entrée dans la compétition, en affrontant les deux mêmes nations que nos Bleus, la Nouvelle-Zélande et le Brésil.

Journée 2 – 22/06 : départ canon, les Bleues donnent le ton !

L’équipe de France, tête de série numéro 2 dans ce tournoi, a fait ses débuts ce mardi. Et, on peut se l’avouer, les coéquipières de Laëtitia Guapo ont fait forte impression. Deux victoires en deux matchs pour prendre la tête du groupe B.

Un peu avant 13h, elles ont vengé leurs compatriotes masculins en battant la sélection brésilienne 21 à 11. Une issue du match qui s’est décidée dans la seconde partie de la rencontre. Malmenées par des brésiliennes féroces et très vocales, nos Bleues ont dû s’appuyer sur leur expérience des grands rendez-vous et leur talent supérieur dans la discipline pour prendre le large dans ce match.

Les débuts de Myriam Djekoundade ont été réussie. Parfois timide mais surtout incisive lorsqu’il le fallait, la joueuse d’1m85 a participé grandement à une victoire face aux grandes brésiliennes (trois joueuses à plus d’1m80).

Mais c’est bien les françaises les plus expérimentées sous le maillot bleu & blanc qui ont su faire la différence. La presse défensive et les percées d’Hortense Limouzin, les interceptions et la vista de Laëtitia Guapo, la maîtrise de Marie-Eve Paget … tous ses éléments ont permis aux femmes d’assurer leur première.

Longtemps fermé, ce match a également connu beaucoup de maladresses aux tirs (4 à 3 après trois minutes de jeu) dues en partie aux trop nombreuses fautes et arrêt de jeu. Mais une fois le rythme de la rencontre véritablement lancé, les actions rapides se sont enchaînés et le scénario a tourné à l’avantage des françaises. Plusieurs paniers faciles ont permis à la France de s’approcher des 21 points et à quelques secondes de la fin d’assurer leur succès.

Les Bleues ont poursuivi le bon mouvement lors du match 2 face à des Néo-zélandaises tenaces mais moins fortes techniquement. La victoire 16 à 10 aurait pu être bien plus large mais on s’en contentera ! Le plus dur reste à venir pour nos dames. Vendredi, elles affronteront l’Autriche et une des nations favorites pour le titre, car championnes olympiques, les Etats-Unis. Objectif : finir première du groupe et se qualifier directement pour le Quart-de-finale.

Journée 3 – 23/06 : Les Bleus sont au vert

Win or go home, voilà l’enjeu de la 3e journée la de coupe du monde du côté de nos hommes français. Avant le match, ils étaient classés 2e de leur groupe. Mais pour débuter cette nouvelle journée de compétition, il fallait affronté les patrons de la discipline : les joueurs serbes. Un quatuor qui leur avait fait défaut à l’Euro Cup de septembre 2021.

Le duo Leo Cavalière – Antoine Eito a permis aux français de prendre l’avantage en début de match. Nos Bleus ont poursuivi leur effort en défense mais ont commis de trop nombreuses fautes dès la première partie du match. Après trois minutes de jeu, les français étaient déjà tout proches de la pénalité (6 fautes à 2).

Les attaques rapides serbes ont inversé le momentum, malgré des français dans leur match à construire pas à pas leurs actions et éviter la précipitation.

Un peu courts à mi-distance et trop naïfs en défense, les français ont connu un coup de moins bien quasiment fatal en milieu de rencontre (12 à 8 pour la Serbie à 4min30).

Les fulgurances d’Antoine Eito ont permis aux Français de rester accolés aux Serbes mais les erreurs se sont accumulées face à la talentueuse et très organisée équipe des Balkans (16 à 10 à trois minutes de la fin).

Les deux sélections sont rentrées dans la pénalité dans les deux dernières minutes du match, un scénario profitant ainsi aux joueurs serbes pour inscrire des points faciles et s’approcher des 21 unités de la victoire.

La France s’est battue jusqu’au bout, en remettant de l’intensité dans les ultimes secondes, mais c’est bien la meilleure équipe d’Europe, et peut-être bientôt du monde qui est repartie avec la victoire (22 à 15). Pour rester dans la compétition, les Bleus n’avaient alors plus de choix : gagner face à Porto Rico.

Un match hautement décisif s’est alors joué 16h. Une rencontre qui devait permettre aux Français d’enfin retrouver le chemin de la victoire après deux revers. Avant ce match se déroulait une rencontre tout autant importante pour l’issue de ce groupe B. Le Brésil a enchaîné une seconde défaite consécutive l’éliminant de la compétition au profit des Néo-zélandais – vainqueurs de Porto Rico en début de journée. Un Brésil qui a échoué à un rien de la qualification, faute au plus grand choke de la compétition : les deux lancers francs manqués de Fabricio Verissimo.

La tension a tout de même était à son maximum lors des premières minutes de la rencontre. Les deux équipes se cherchent et ne trouvent pas le chemin du cercle facilement. De nouveau beaucoup de fautes, bien souvent litigieuses, sont sifflées à l’encontre des Français.

Léo Cavalière, bien rentré dans son match, porte les Bleus en blanc. Les Français ont eu le dessus sur le match, de meilleures défenses et enfin récompensées à la moitié de la rencontre par des attaques florissantes (8 à 4 à cinq minutes de la fin).

La patte gauche d’Antoine Eito a permis aux français de prendre un peu plus le large. Les stops défensifs français se sont répétés, provoquant ainsi la déroute de Porto Rico qui ont cumulé les fautes, les tirs loupés et les pertes de balle. Les Français ont eu le momentum et l’ont gardé durant toute la rencontre.

15 à 8 à deux minutes du terme, puis après quelques moments de frayeur … c’est la victoire 21 à 14 au buzzer ! Les Bleus, qui terminent 2e de leur groupe, sont qualifiés en huitième de finale. Prochain match ce samedi à 14h35 contre l’Autriche.

Journée 4 – 24/06 : viser un parcours sans-faute

Dernière journée des matchs de poule et l’objectif est clair : copier leurs compatriotes masculins et se qualifier pour la suite de la compétition. Pour cela, il fallait réaliser de belles partitions contre l’Autriche et les Etats-Unis.

À midi, face aux Autrichiennes, l’EDF a imposé son rythme très rapidement dans la rencontre. C’est par la défense que Hortense Limouzin et ses coéquipières ont fait la différence.

Malgré une adresse extérieure qui a manqué, les Françaises ont maîtrisé leur sujet et ont remporté leur 3e match en autant de rencontres (16-10). La première place de leur groupe s’est donc décidée lors du 4e match face aux championnes olympiques américaines.

Un match qui a bien débuté pour nos françaises, ne laissant jamais les américaines creuser de la distance avec elles. Seul point noir : les trop nombreuses fautes commises. Une fâcheuse habitude qu’il faudra corriger sérieusement dans les matchs éliminatoires de la compétition.

Les Françaises ont même su prendre de l’avance et le dessus en milieu de rencontre. Entre autres grâce à une adresse au tir enfin retrouvé dans ce match. En défense aussi, l’EDF a répondu au défi physique et technique de Team USA. Myriam Djekoundade et son équipe ont enchaîné les stops défensifs et interceptions malicieuses pour afficher un 16 à 9 à quatre minutes du terme.

Mais les américaines n’avaient pas dit leur dernier mot … Les Françaises, embêtées par les fautes réalisées en début de match et l’intensité physique de Team USA, ont eu un coup de moins bien en fin de rencontre. Les américaines, par des lancers francs faciles, sont remontées au score, passant même devant à une minute du buzzer final. Les Françaises ont égalisé à 18 partout et le match s’est poursuivi en prolongation puisque les deux sélections n’ont pas su marquer lors de leur dernière possession respective.

Pour gagner dans l’overtime, pas le choix : il faut marquer deux points de plus que son adversaire. En une possession, les Françaises, qui avaient le ballon, pouvaient remporter la rencontre. C’est ce qu’a tenté de faire Marie-Eve Paget avec un tir à 2 points … mais MEP a échoué. Les américaines ont, quant à elles, inscrit deux paniers successifs – et directement qualificatifs pour les 1/4 de finales. Victoire Team USA 20 à 18.

Les Bleues joueront leur 1/8 de finales à 14h05 et, si victoire il y a, s’opposeront aux espagnoles championnes d’Europe en 1/4 de finales. Un grand week-end attend nos deux équipes de France. Et pas question de se reposer pour elles, le plus dur reste à faire !

Journée 5 – 25/06 : La France qui gagne

Il y a de ces journées qui comptent plus que d’autres dans l’histoire du 3×3 français. Celle-ci, avec les deux équipes de France encore en lice pour décrocher une médaille à la coupe du monde, fait partie du lot.

  • 1/8e de finale (F) : France – Mongolie : VICTOIRE 21 à 9
  • 1/8e de finale (H) : France – Autriche : VICTOIRE 19 à 13
  • 1/4 de finale (F) : France – Espagne : VICTOIRE (après prolongation) 15-14
  • 1/4 de finale (H) : France – Pays-Bas : VICTOIRE 18-12

Les deux équipes de France sont en demi-finales de World Cup 3×3, avec deux fortes impressions. Les Françaises ont pris leur revanche face aux Espagnoles. Quant aux hommes Bleus, l’affrontement face aux Néerlandais a été sans appel. Face à une équipe invaincue dans ce tournoi, ils ont été impériaux. Deux équipes en mission, deux équipes qui visent l’or.

Dernière journée – 26/06 : Le Jour de gloire est enfin arrivé !

Ils ont bouleversé la scène internationale de 3×3, elles ont brillé et imposé leur jeu durant toute la compétition. Chez nos voisins belges, les deux équipes de France rentrent dans l’histoire du basketball en décrochant toutes deux une médaille à la fin d’une semaine éprouvante de coupe du monde.

Les Bleues ont, une nouvelle fois, eu leur revanche sur l’an passé. Cette fois su l’équipe qui les avait privées de médaille de bronze aux Jeux Olympiques, la Chine. Un combat rondement mené en demi-finale, bien que les chinoises soient revenues au score au fur et à mesure de la rencontre. Après une médaille de bronze en 2019, l’équipe de France pouvait enfin viser meilleur métal ce dimanche.

Pour cela, il fallait remporter la finale face au Canada des soeurs Plouffe. Une sacrée épreuve mais loin d’être insurmontable avec les qualités de vitesse et l’intelligence de nos guerrières françaises. À 21h, la jeune Hortense Limouzin nous a sorti sa plus belle rencontre au meilleur des moments, assurant ainsi la relève de l’EDF … Ses 1 contre 1 ont été ravageurs envers les Canadiennes. Ces dernières sont restées proches de nos Françaises mais la Team de MEP a su garder l’avantage et jouer sur cela pour un accomplir leur plus grand exploit du basketball 3×3 français.

Nos hommes ont pris le Bronze dans une bataille des plus féroces ce dimanche. En demi-finale, ils n’avaient pas su terminer le travail face aux Lituaniens une fois qu’Antoine Eito était sorti sur blessure. Les Bleus diminués ont donc lâché ce match contre la Lituanie après prolongation. Une défaite vite oubliée avec cette magnifique fin face à l’équipe de Belgique. Devant leur public, les Belges n’ont rien donné aux Français, mise à part énormément de tirs loupés à distance. L’adresse n’était pas là. La fatigue, quant à elle, a eu sa part de responsabilité sur l’issue de la rencontre. Après de longues prolongations – encore – Franck Seguela et sa bande ont fini le travail pour prendre cette médaille de Bronze tant méritée et traduites par un cri de rage – tout sourire – d’Alex Vialaret.

Les scores des quatre rencontres jouées par nos équipes de France :

  • 1/2 finale (F) : France – Chine : VICTOIRE 17-16
  • 1/2 finale (H) : France – Lituanie : Défaite 17-18
  • Petite finale (H) : France – Belgique : VICTOIRE 18-17 après prolongation
  • Finale (F) : France – Canada : VICTOIRE

Nos équipes de France

Sélection féminine :

  • 3 Hortense Limouzin (Landerneau Bretagne Basket LFB)
  • 5 Marie-Eve Paget (Basket Landes LFB)
  • 11 Myriam Djekoundade (Saint-Amand Hainaut Basket LFB)
  • 12 Laëtitia Guapo (Bourges Basket LFB)

Sélection masculine :

  • 4 Léopold Cavalière (SIG Strasbourg Betclic Elite)
  • 11 Antoine Eito (Elan Chalons Pro B)
  • 15 Alex Vialaret (ex JSA BMB NM1)
  • 21 Franck Seguela (ex Stade rochelais NM1)

Source photos : @FIBA

Écouter cet article

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus