Layup : authenticité et qualité en fer de lance

Interview de Cédric Marlu, fondateur de la marque Layup

par Benjamin Moubeche
Publié le Modifié le

Cédric et Wilson, fondateurs de la marque de chaussures de sport Layup, ne craignent pas la concurrence. Depuis la France, ils espèrent à terme regarder Nike, Adidas et tous les mastodontes de ce marché dans les yeux. Cédric Marlu nous partage les ambitions de sa marque et des Layup Basket Days.

Une chaussure pour tous, mais sans compromis

En 2020, Layup a commercialisé son premier modèle de chaussure de basketball, la Revo, au terme d’une campagne de financement participatif réussie. Il en ressort une chaussure à l’apparence épurée, crée pour la performance et le confort des joueurs.

 « C’est une chaussure de performance, faite pour le sport et faite pour subir les contraintes que subit une chaussure dédiée à la pratique sportive », explique son créateur. « Elle peut être utilisée par un professionnel aussi bien qu’un amateur. »

Retrouvez la Layup Revo sur le site de la marque.

Surtout, tout a été pensé pour que le produit final puisse accompagner le maximum de basketteurs sur les parquets et les playgrounds. Rien n’a été laissé au hasard, chaque détail est le résultat d’une étude de marché qui a permis de déterminer les caractéristiques de la chaussure, comme sa hauteur.

« L’objectif de cette chaussure est de toucher le plus grand spectre de basketteurs possible », précise Cédric. « On a choisi ce qui touchait le maximum de personnes. C’est une chaussure qui touche à tout et qui correspond au joueur de Playground comme au joueur d’intérieur. »

L’objectif est là : toucher le plus de basketteurs possible avec une chaussure de qualité pour séduire. Puisqu’ils comptent sur la qualité de leur produit pour s’imposer sur le marché, les deux jeunes entrepreneurs y apportent une attention toute particulière. Entre la conception et le produit final, de nombreuses phases de test, du laboratoire au terrain, et donc de nombreuses retouches. Ce haut niveau d’exigence guide chaque étape de la fabrication.

Jusqu’ici, cette démarche s’est révélée payante. Elle est appréciée par leurs clients, mais aussi par des professionnels comme Nianta Diarra (Cholet) et Migna Touré, championne de 3×3, qui portent la Revo.

Migna Touré essaie la Layup Revo en vidéo.

« On est content, parce que c’est notre premier produit et que c’est une jeune marque avec énormément de concurrence sur le marché. Pourtant, notre produit se vend. Il est demandé. On nous demande de nouveaux produits, de nouvelles couleurs, les gens ont envie de plus. »

De grandes ambitions

Si leur première chaussure est adaptée à la majeure partie des basketteurs, elle ne peut pas convenir à tout le monde. En effet, tous les joueurs ne sont pas les mêmes et certains d’entre eux ont des besoins spécifiques. Ils espèrent les toucher avec de nouveaux produits, adaptés à leurs profils.

Aujourd’hui spécialisée dans le basket, la marque vise également d’autres sports. Le running constitue une priorité sur le moyen terme, mais le football est également sur leur short list.

Avant tout, l’objectif de Layup est de concurrencer les plus grands de ce domaine : Nike Adidas, Under Armour et compagnie. Des ambitions annoncées depuis le départ, pour lesquelles ils sont prêts à mettre les bouchées doubles. « Ce ne sont pas que des paroles, nous sommes en train de développer des stratégies précises et concrètes », confirme le fondateur de la marque. « On met énormément d’énergie dans Layup. Notre volonté, c’est dans mettre plus. Si ça veut dire qu’il faut dormir moins et se lever plus tôt, on le fait. »

Cédric Marlu, co-fondateur de la marque Layup.

Pour cela, ils espèrent d’abord trouver leurs appuis en France. « Pour nous, le plus important c’est de consolider ce socle. Savoir qu’on a une audience qui nous soutient chez nous, et ensuite on ira voir ce qui se passe ailleurs », explique Cédric. « La dimension française est importante pour nous. Tout simplement parce qu’on vient d’ici. Tout simplement parce qu’on en a marre de voir des grandes marques internationales qui viennent de partout, sauf de chez nous. »

Tandis que les plus grandes marques allouent d’immenses budgets à la promotion et la communication, Layup mise sur les réseaux sociaux. Avec une démarche authentique et sincère, dans laquelle ils entretiennent un dialogue ouvert avec la communauté française, ils espèrent trouver le buzz pour faire décoller leur projet. L’apparition à venir de leur chaussure au pied de Juancho Hernangomez dans Hustle, une série Netflix, pourrait notamment être une piste.

Les Layup Basket Days

C’est leur grande actualité. Cette année, Layup a annoncé l’organisation de 11 tournois de basketball amateur partout en France, les « Layup Basket Days ». Une compétition de 3×3, avec des finales qui se tiendront à Paris en juillet 2022.

« On s’est dit que l’on voulait faire le tour de la France pour montrer nos produits et rejoindre les personnes qui nous écoutent », raconte le co-organisateur de l’évènement. « C’est bien la région parisienne, mais la France est grande. Il y a du monde partout. Surtout, il y a du basket partout. C’était important pour nous d’en faire le tour et de nous présenter. »

Une démarche qui s’inscrit évidemment dans le prolongement de leur stratégie, par laquelle ils espèrent tisser toujours plus de liens avec le monde du basket. Une authenticité qui fait partie de leur identité, ce qui pourrait apparaître comme une faiblesse du fait de leur petite taille, mais qu’ils ont transformé en force.

« Dans notre communication, nous sommes nos propres acteurs », explique Cédric. « Cette présence nous permet d’être plus proches. Les gens savent avec qui ils parlent sur Instagram, ils parlent vraiment à quelqu’un, et ça fait vraiment la différence. Il y a un côté “créateur“, les gens le ressentent, l’aiment, et ça fait plaisir. »

Pour le co-fondateur de la marque, cette authenticité est au cœur du projet. Il a bien l’intention de continuer de s’investir personnellement auprès des sportifs, tout comme dans le processus de conception.

« Pour faire vivre notre projet, nous avons besoin de nous rapprocher des personnes, d’être présents, que les personnes nous voient et qu’on les voit », précise-t-il. « Nous voulons nous investir et nous impliquer, parce que même si ça demande du travail, c’est cette partie-là que l’on aime : réaliser nos propres créations, les faire, les vivre et être complètement investis dedans. C’est d’abord ça l’entrepreneuriat, vivre son projet. »

Faire parler d’eux est l’objectif premier des Layup Basket Days, mais l’évènement est également une finalité en soi. Il est fait pour les basketteurs, mais aussi pour les amateurs de sport et les familles. Pour la première édition, à Rouen, il y avait certes du basket, mais aussi des animations : concours de dunks, concours de trois points, ainsi que des lots à gagner pour le public.

La vidéo récapitulative des premiers Layup Basket Days, à Rouen, est disponible sur YouTube : cliquez ici.

Si le tournoi est amateur, la marque s’attend tout de même à du niveau. Chaque mois, de nouveaux basketteurs pourront venir challenger les joueurs de leur ville dans des matchs de 3×3. Puis, en finales, ces équipes auront à cœur de représenter leur ville dans la capitale.

Pour Cédric, le premier évènement à Rouen était un succès. « Honnêtement, on en est très contents, parce que ça s’est bien passé », confirme-t-il. « Il y a eu du monde, il y a eu du public, il y a eu de l’audience. À partir du moment où il y a des joueurs, c’est déjà super bien. On a dû accueillir des équipes supplémentaires, parce que notre évènement est familial et se veut très ouvert. C’était vraiment un bon moment. Les joueurs pros ont joué le jeu. Tout le monde a joué le jeu. Sincèrement, c’était juste du plaisir. »

Le prochain rendez-vous sera à Marseille, le 14 novembre. « Venez comme vous êtes. Tout le monde est le bienvenu, seul, en famille ou entre amis », ajoute Cédric, à l’intention des potentiels participants.

Écouter cet article

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus