Les Grizzlies ont faim de Playoffs

par Enzo Brule
Publié le Modifié le

En reconstruction depuis 4 ans, les Grizzlies ont retrouvé la trace des Playoffs grâce aux exploits de leur meneur, Ja Morant, au premier plan de la franchise. Après deux saisons prometteuses, l’espoir anime Memphis. Avec une intersaison peu mouvementée dans le Tennessee, une identité historique en passe d’être retrouvée et des oursons insatiables, la saison 2021-22 de Memphis s’annonce encore plus belle.

2020-21 : Play-In avec la confirmation des espoirs placés

Avec un bilan de 38 victoires pour 34 défaites, les Grizzlies se sont placés 9e de la Conférence Ouest, place désormais synonyme de Play-In. Après avoir battu coup sur coup les Spurs et les Warriors, les jeunes de Memphis se sont offerts leur première expérience en Playoffs face au Jazz, premier de la Conférence.

Au terme d’une série disputée sur le terrain, les Grizzlies se sont inclinés 4-1. Un score qui reflète l’inexpérience de l’équipe, mais qui ne rend pas honneur à sa combativité, qui ont montré que leurs ambitions étaient bien plus réalistes que certains pouvaient le penser.

Sur le plan statistique, Ja Morant a réalisé une saison sophomore à 19,1 points de moyenne, faisant de lui le meilleur scoreur de son équipe. À sa ligne de stats, s’ajoutent 7,4 passes décisives, 4 rebonds et 0,9 interception par match sur ses 63 rencontres. Le rookie de l’année 2020 a aussi affiché un pourcentage au tir de 44,9%, dont 30,3% à 3 points, et de 72,8% aux lancers francs. Morant a confirmé ses performances de la saison 2019-2020 tout en assumant pleinement son nouveau rôle de leader, tout cela à seulement 22 ans.

Jonas Valanciunas, Ja Morant et Dillon Brooks, le trio infernal de Memphis la saison passée. Photo : Joe Murphy / NBAE via Getty Images

Dillon Brooks a été la révélation de la saison passée à Memphis. Connu pour ses qualités défensives, il colle parfaitement au Grit and Grind, identité historique des Grizzlies. Il s’est révélé être une arme offensive de premier plan pour les Grizzlies, en tant que deuxième meilleur scoreur de son équipe avec 17,2 points de moyenne à 41,9% au tir, dont 34,4% à trois points. 

Jonas Valanciunas était le troisième joueur à suivre dans cette équipe des Grizzlies. Le pivot s’est très bien adapté à l’effectif et est devenu une pièce incontournable du cinq majeur. 17,1 points, 12,5 rebonds, 0,9 contre, 1,8 passe décisive de moyenne. Une saison en double-double pour le Lituanien, grandement apprécié de toute la franchise.

Pour les 3 joueurs principaux de cette équipe, la saison 2020-21 a été une réussite individuelle. Les promesses de Ja Morant ont été confirmées bien qu’il ait moins été mis en avant que lors de sa saison rookie, tandis que Brooks et Valanciunas ont parfaitement joué leur rôle.

De retour de blessure pour disputer seulement 11 matchs, les résultats de Jaren Jackson Jr n’ont malheureusement pas été aussi convaincants. Malgré des statistiques en baisse, largement excusées par le contexte, la fin de sa convalescence est une satisfaction supplémentaire dans la saison de Memphis.

Intersaison : Un été calme malgré une séparation

ArrivéesDéparts
Steven AdamsJonas Valanciunas
Ziaire WilliamsTim Frazier
Jarrett Culver
Sam Merrill
Yves Pons
Kris Dunn

L’objectif de l’intersaison était clair : consolider les bases de l’effectif pour jouer les Playoffs. C’est dans ce but que Jonas Valanciunas a laissé sa place à Steven Adams.

Jonas Valanciunas s’était imposé comme le pivot de cette équipe de Memphis et personne ne le voyait partir. Pourtant c’est bien Steven Adams qui sera le pivot titulaire des Grizzlies cette saison. Auteur d’une saison avec 7,6 points, 8,9 rebonds et 1,9 passes décisives de moyenne pour 58 matchs joués, le Néo-Zélandais était en dessous de ses performances habituelles dans une équipe de New Orleans où la qui manquait de cohérence.

Adams a donc la chance de réaliser une saison au-dessus de ses standards avec Memphis, où les attentes sont hautes. Le départ de Jonas Valanciunas a fait l’effet d’un séisme dans le Tennessee. Les fans le pensaient intransférable et son remplacement par Adams semble moins pertinent d’un point de vue tactique. Arrivé dans un trade avec Marc Gasol a la trade deadline 2019, Valanciunas repart de Memphis avec les souvenirs de deux saisons et demies très réussies.

Les Grizzlies se sont impliqués dans plusieurs autres trades, notamment les deux transferts d’Eric Bledsoe (d’abord avec les Pelicans, puis les Clippers), les deux transferts de Patrick Beverley (Clippers, puis Timberwolves) et celui de Rajon Rondo, qui a fini coupé par Memphis.

Steven Adams, la principale recrue de l’été pour Memphis, face à Jonas Valanciunas. Photo : Rob Ferguson-USA TODAY Sports

L’acquisition de Jarrett Culver est intéressante pour Memphis. Le 6e choix de la Draft n’a jamais su répondre aux attentes à Minnesota et ce transfert semble faire office de seconde chance pour lui. S’il parvient à s’adapter, Memphis aura obtenu une jeune pièce offensive pour sa rotation et sa profondeur de banc. Il faudra donc garder un œil sur sa progression cette saison.

Le parcours d’Yves Pons sera à suivre cette saison. L’ancien pivot de Tennessee a réussi une belle Summer League au terme de laquelle il a décroché un two-way contract aux Grizzlies. Il débutera la saison avec une forte concurrence, notamment avec Steven Adams et Xavier Tillman sur le même poste, et devra prouver qu’il a sa place dans cet effectif.

Memphis a décidé de prolonger l’aventure avec Killian Tillie. L’autre Français de cet effectif a lui aussi signé un nouveau two-way contract. Il entamera sa deuxième saison NBA dans l’espoir de confirmer que sa place est bien dans la ligue et qu’il peut apporter au frontcourt des Grizzlies.

L’arrivée de Kris Dunn apporte de l’expérience au poste de meneur et sera le remplaçant logique de Ja Morant. Un profil équilibré pour gérer le jeu lors des moments plus faibles sur le terrain, en l’absence de Morant. Il est cependant difficile d’imaginer les deux joueurs en même temps sur le terrain, les deux semblent peu compatibles sur le papier.

Un point à noter, c’est le retour de Marc Gasol, aussitôt libéré. L’Espagnol a mis un terme à sa carrière dans l’équipe qui lui avait accordé sa confiance à son arrivée dans la ligue en 2008.

Facteur X : Jaren Jackson Jr, pièce manquante d’un futur réussi ?

Revenant de sa blessure au ménisque gauche la saison dernière, Jaren Jackson Jr a doucement retrouvé les terrains et le rythme de la NBA. Depuis sa blessure, Ja Morant s’est taillé un statut de franchise player, tandis que Taylor Jenkins et le management de Memphis ont su créer une équipe avec une alchimie et une véritable identité de jeu, similaire au Grit and Grind.

Pour sa troisième saison en NBA, l’ancien de Michigan State a joué 11 petits matchs sur la fin de saison — incluant le Play-In et Playoffs —, de quoi s’économiser pour la saison suivante, tout en reprenant le chemin des terrains. Sur ces 11 matchs, JJJ a affiché des moyennes de 14,4 points, 5,6 rebonds, 1,4 contre et 1,1 passe décisive par match.

Jackson Jr entre dans un tournant de sa carrière. L’intérieur a disputé 58 matchs lors de sa saison rookie et 57 lors de sa saison sophomore. Il faudra donc qu’il puisse disputer — au moins — autant de matchs pour que Memphis puisse construire quelque chose de solide en s’appuyant sur lui. Une rechute pourrait bien être fatale à son aventure dans la Grande Ligue.

La relation entre les Morant et Jackson Jr au beau fixe, sur le terrain ou en dehors. Photo : Adam Pantozzi / NBAE via Getty Images

Il faudra également veiller à développer une certaine alchimie avec deux joueurs en particulier : Steven Adams et Ja Morant. Les Grizzlies ont besoin d’étoffer la défense, et leur duo pourrait avoir l’impact nécessaire pour leur permettre de passer un cap. Jaren Jackson Jr est plus mobile, alors que Steven Adams lui est plus dissuasif sous le panier. Leur complicité pourrait bien faire de la raquette des Grizzlies une forteresse imprenable.

De son côté, le duo Ja Morant – Jaren Jackson Jr avait déjà commencé à montrer de belles promesses lors de la saison rookie du meneur, avant que JJJ se blesse. Il faut donc retrouver ces fondations et, à partir de celle-ci, construire quelque chose de plus grand.

Jaren Jackson Jr possède des qualités offensives qui ne sont plus à démontrer, mais il a encore une grande marge de progression. L’ailier fort est capable d’écarter le jeu. Dans sa meilleure saison statistique, Jaren Jackson Jr prenait 6,5 tirs à trois points par match pour une réussite de 39,4%. JJJ aime sait également se faire remarquer dans la raquette adverse, mais Adams devrait déjà répondre à ce besoin.

Au-delà des attentes à confirmer, Jaren Jackson Jr a un rôle important à jouer dans le vestiaire des Grizzlies. En effet, il est l’un des plus anciens joueurs de Memphis, alors qu’il est arrivé via la Draft 2018, il y a trois ans.

Un Grit and Grind 2.0 ?

L’une des statistiques les plus parlantes sur la révolution des Grizzlies avec Taylor Jenkins est le jeu en transition. Quatrième de la NBA dans cette statistique, Memphis a inscrit une moyenne 23 points par match pour 20,6 possessions en transition.

Une autre statistique parlante est l’efficacité au tir sur les 6 premières secondes de l’horloge des 24 : Memphis utilisait 19,3% du temps les 6 premières secondes de l’horloge avec une réussite de 53,1% au tir. Cela les classait deux de la NBA sur cette statistique.

Offensivement, les Grizzlies sont donc rapides et efficaces, notamment grâce à des joueurs comme Ja Morant ou Dillon Brooks capables d’apporter ce rythme de jeu. Avec les bons éléments pour, Memphis peut espérer conserver ce style de jeu et en faire sa signature. 

Cette attaque repose sur des principes aux antipodes de l’attaque des Grizzlies de l’ère Grit and Grind, plutôt lents à l’époque. Mais ce type d’offensives éclaire sont, elles, adaptées à la NBA moderne. C’est sur ce playbook renouvelé que pourrait s’appuyer le Grit and Grind 2.0, l’identité historique de Memphis dépoussiérée.

Taylor Jenkins, l’homme derrière ce renouveau des Grizzlies. Photo : Jeff Swinger / NBAE via Getty Images

De l’autre côté du terrain, en défense, les jeunes Oursons font doucement leur griffes. 7e meilleure défense de la ligue avec un Defensive Rating de 110,5 points, Memphis est une formation étonnement efficace pour une équipe dont le projet est si avancé.

Pour réussir, Taylor Jenkins et ses joueurs devront continuer de mettre l’accent sur ce compartiment du jeu, car c’est ce qui pourrait les rapprocher le plus de leurs objectifs. L’arrivée de Steven Adams et le retour de Jaren Jackson Jr devraient faire le plus grand bien aux Grizzlies sur ce plan. Cette saison, sur 100 possessions, l’équipe encaissait 110,5 points pour 112 points marqués. Une légère progression défensive pourrait avoir un impact immédiat sur les résultats de la franchise.

En comptant essentiellement sur Adams et Jackson, mais aussi Kyle Anderson et Dillon Brooks, les Grizzlies veillent à renouer avec ce qui a fait leur succès par le passé. En comptant sur l’investissement de tout le collectif, le Grit and Grind pourrait bien renaître de ses cendres, sous une nouvelle forme. Tout cela seulement quelques années après le départ de Marc Gasol et Mike Conley, certaines de ses plus grandes icônes.

Le 5 de départ potentiel :

  • MJ : Ja Morant
  • A : Dillon Brooks
  • AI : Kyle Anderson
  • AF : Jaren Jackson Jr
  • P : Steven Adams

Notre pronostic : 41-41 (9e)

Pour Memphis, l’objectif Playoffs est loin d’être irréaliste, mais un passage par la case Play-In sera certainement requis — comme l’année dernière. Dans une Conférence Ouest particulièrement dense, une si jeune équipe avec de nouveaux éléments à intégrer aura certainement beaucoup de mal à se faire une place dans le top 6.

Le but de la saison, pour les Grizzlies, est de toute façon de se qualifier en postseason pour venir jouer les trouble-fêtes et surprendre l’adversaire. Le second tour des Playoffs est une cible difficile, mais peut-être atteignable. Cette équipe de Memphis est l’une des équipes les plus agréables à regarder. Un avenir radieux lui est promis.

Photo : Adam Pantozzi / NBAE via Getty Images

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus