Kevin Durant, le malade imaginaire

par Enzo Brule
Publié le Modifié le

Blessé au tendon d’Achille lors des Finales NBA 2019, Kevin Durant a vécu lors de son prime l’une des pires blessures qu’un sportif peut connaître. L’ex-Warrior a signé dans la foulée de sa blessure à Brooklyn, tout en sachant pertinemment qu’il ne foulerait pas les parquets une seule fois lors de la saison 2019-20. Pourtant, c’est comme si Kevin Durant n’avait pas changé.

Une année sabbatique différente

En rééducation pendant toute une année, celui qui était considéré comme le second meilleur joueur de la planète allait vivre l’enfer de tout sportif : récupérer d’une rupture du tendon d’Achille. Dans l’histoire de la NBA, nous avons notamment eu l’exemple de Kobe Bryant, qui a dû faire face à ce terrible défi sans jamais se remettre totalement de sa blessure. Seul un joueur a pu retrouver son niveau d’antan : Dominique Wilkins.

Kevin Durant devait par ailleurs s’acclimater à un tout nouveau vestiaire, une nouvelle ville et une nouvelle franchise. Les Nets l’avaient d’ores et déjà annoncé : Durant ne jouerait pas de la saison. Un moyen pour eux de ne pas brûler une seule étape de la rééducation de leur nouveau co-franchise player.

Durant a dû passer après son opération par de longs mois de rééducation avec un nouveau mode de vie pour pouvoir marcher. Lorsque cela a été possible, il a repris les entraînements individuels sur les terrains des Nets, puis les oppositions 3 contre 3. Enfin, cette intersaison, on a pu le voir aux côtés de Sekou Doumbouya ou encore Pascal Siakam lors d’oppositions libres à Los Angeles, de 1 contre 1 à 5 contre 5.

« Je suis humain. Cela prend beaucoup de temps. C’est un processus de tous les jours. Avec deux, trois heures de travail pour pouvoir revenir plus fort », expliquait Durant quelques mois après sa blessure, au micro de la radio HOT 97. « Mais je n’ai aucune intention d’accélérer ce processus. Je travaille comme n’importe quelle personne ayant déjà souffert d’une blessure similaire à celle du tendon d’Achille ».

Le climat au sein de la franchise a été mis à rude épreuve : blessures de Kyrie Irving, licenciement de Kenny Atkinson — remplacé en intérim par Jacques Vaughn — et évidemment la bulle à Orlando avec des Nets inédits. Voilà ce qu’a vécu de loin le numéro 7 des Nets, tout en continuant de prendre toutes les précautions pour revenir au meilleur niveau.

Un retour tonitruant

Alors que débute la saison 2020-2021, tous les fans de basketball ont l’espoir de revoir Kevin Durant à un bon niveau. Car oui, il était peu probable de voir KD revenir directement avec un niveau MVP. Pourtant, dès ses premiers matchs de présaison, le double MVP des Finales montre qu’il est bien de retour.

Highlights de Kevin Durant lors de la présaison 2020-2021.

Comme un symbole, Durant dispute son premier match officiel avec les Nets contre… les Warriors, l’équipe qu’il l’a fait devenir champion. Un match sans réelle résistance de la part de Golden State, lors duquel KD s’offre 22 points, 5 rebonds et 3 passes décisives en 25 minutes.

« Cela fait peur pour le reste de la ligue… Il a l’air exactement comme avant », affirme Steve Kerr à propos de Kevin Durant, juste avant le match Warriors — Nets.

En 9 matchs, The Slim Reaper affiche des moyennes de MVP : 29,4 points, 7,2 rebonds, 5,8 passes décisives. Il s’accorde aussi de bons pourcentages avec 46,2 % à trois points, 53,7 % au tir et 85,9 % sur la ligne des lancers. Tout cela en 34,3 minutes par rencontre. Il y a néanmoins quelques défauts, comme son match manqué contre Memphis (repos) et 3,7 pertes de balles par match.

En comparaison, pendant sa saison MVP – avec le Thunder en 2013-14, alors que Westbrook manque une partie de la saison – Durant signait une saison de 81 matchs à 32 points, 7,4 rebonds, 5,5 passes décisives de moyenne avec 38,5 minutes par match. Ses pourcentages s’élevaient à 39 % à 3 points, 50 % au tir et 87 % aux lancers.

ShotChart de Kevin Durant sur les 9 premiers matchs de la saison 2020-21.
ShotChart de Kevin Durant sur la saison 2013-14, lors de laquelle il est élu MVP.

Kevin Durant a manqué 3 matchs du 5 au 8 janvier, face au Jazz, aux Sixers et aux Grizzlies, à cause du protocole sanitaire en vigueur. Cette absence, couplée à celle de Kyrie Irving pour « raisons personnelles », a forcé Caris LeVert à prendre temporairement les rênes de l’équipe.

Sur cette période, les Nets ont gagné contre Utah et Philadelphie, mais se sont inclinés à Memphis. Sans Durant, ils manquent d’un leader sur le terrain et sont privés de leur meilleur joueur. Il a fait son retour face à son ancienne équipe, le Thunder, dans la défaite des siens.

Quel avenir possible ?

Malgré un excellent début de saison, Kevin Durant vient juste de faire son retour dans le sport professionnel. Plusieurs scénarios sont envisageables pour le quadruple meilleur marqueur :

Le rêve : Kevin Durant continue sur sa lancée. De grosses performances, tandis qu’il développe une bonne alchimie avec James Harden et Kyrie Irving. Les Nets de Steve Nash font les premières places de la Conférence Est et se mettent en quête du titre avec leur Big Three.

KD dans le maillot des Nets. Photo : Sarah Stier/Getty Images

Le réaliste : Durant alterne entre matchs joués et absences pour se reposer et éviter de se blesser. Impossible pour lui de devenir MVP puisqu’il doit partager le ballon avec Harden et Irving, mais les Nets font le travail et arrivent à devenir l’une des meilleures équipes de la NBA. Durant se prépare à endosser un rôle similaire la saison suivante.

Le cauchemar : La rechute. Une nouvelle grosse blessure à 32 ans et Durant ne retrouve pas le chemin des parquets NBA avant la saison suivante. Il ne s’agira peut-être pas du tendon d’Achille, mais il faudra s’y faire : Durant ne reviendra probablement jamais à son ancien niveau.

Il est un peu tôt pour faire une conclusion sur le retour de Kevin Durant, mais ses débuts sont encourageants et laissent place à l’optimisme chez les Nets. Lassociation de James Harden à Irving et Durant, aussi audacieuse soit-elle, promet en tout cas un exercice intrigant pour Brooklyn.

Photo : Matteo Marchi/Getty Images

Lisez aussi

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus