Les Blazers éliminent les Grizzlies pour défier le King

by Clément Devos
Damian Lillard (Portland Trail Blazers) monte au Dunk face à Jonas Valančiūnas (Memphis Grizzlies) lors du tournoi qualificatif pour les Playoffs 2020, sur le campus Walt Disney World Resort d'Orlando.

Damian Lillard, CJ McCollum et Jusuf Nurkić seront bien présents pour les Playoffs 2020, après une impressionnante victoire face à Memphis sur le score de 126 à 122.

Le futur adversaire des Lakers de LeBron James devait être déterminé par l’issue de ce tournoi qualificatif. Pour rappel, Portland (8e) devait gagner un match pour accéder à la postseason, tandis que Memphis (9e) devait en remporter deux pour jouer le premier tour des Playoffs.

Les deux équipes, en course pour la huitième place, s’étaient déjà rencontrées dans la bulle au cours d’un match sous tension. En préambule, les hommes de Terry Scott s’étaient défaits des oursons de Taylor Jenkins sur le score de 140 à 135.

Une pensée pour Hana

Avant cette rencontre, nous apprenons le décès de la grand-mère de Jusuf Nurkić, Hana, des suites du Covid-19. Un tragique événement qui vient une nouvelle fois nous rappeler la situation sanitaire à échelle mondiale. Malgré cette triste nouvelle, le pivot bosnien est bien aligné dans le 5 majeur.

On le voit agenouillé et très ému durant l’hymne national américain. Le grand intérieur démarre pied au plancher, que ce soit en défense ou en attaque. Avec son compère Zach Collins — qui n’aura pu jouer que sept minutes à cause d’une blessure à la cheville —, Nurkić gêne bien les contre-attaques ainsi que la mise en place du jeu à haute intensité de Memphis.

Nurkić achève la rencontre avec une impressionnante ligne statistique : 22 points à 57 % de réussite, 21 rebonds, 6 passes décisives avec un box +/— de 18. Son duel face à son vis-à-vis lituanien rend le premier quart-temps passionnant. Valančiūnas termine quant à lui la rencontre avec 22 points et 17 rebonds.

Jusuf Nurkic prend CJ McCollum dans ses bras après une première victoire contre les Grizzlies, le 31 juillet 2020 dans la bulle d’Orlando. (Photo : Joe Murphy/NBAE via Getty Images)

Même si un écart se creuse après quelques minutes, la rencontre répond à nos attentes. Comme lors du précédent match face à l’escouade de Taylor Jenkins, Jusuf fait mal en mettant du lien entre les différents joueurs. Quand il est servi après un pick and roll, il cherche tout de suite un coéquipier à trois points ou en train de couper dans le dos de son défenseur. Le joueur endeuillé est présent dans tous les bons moments de Portland et cela se ressent sur le plan statistique.

A contrario, son back-up Hassan Whiteside est catastrophique. Il manque d’intensité, de lecture et d’intelligence défensive. Il finit la rencontre avec 4 points, 4 rebonds et 4 fautes en 14 minutes. Pendant ce premier quart temps, les deux équipes agressent le cercle et vont sur la ligne des lancers. Les Blazers inscrivent 13 lancers sur 14 tentés en première mi-temps.

De l’autre côté, Ja Morant n’est pas du tout en réussite sur cette entame de match. Lui qui termine à 35 points — un record en carrière — à 46,4 % de réussite n’est pas bien avec son geste. Peut-être à cause d’un pouce fracturé, avec lequel il jouerait depuis quelques rencontres déjà. Le jeu offensif des Grizzlies est décousu. Les pertes de balles des oursons se succèdent et Portland en profite. Les Blazers mènent ainsi 14 à 11 après 5 minutes de jeu.

Ne jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué

Après avoir accumulé 18 points de retard, Memphis revient à hauteur de son adversaire dans le deuxième quart-temps. En cause, un trio Anthony, Hezonja, Whiteside, effacé en défense. Ja Morant et ses coéquipiers se font un malin plaisir de pénétrer la défense des Blazers. Un homme va très bien profiter de cette défense dilettante.

Carmelo Anthony, décisif dans la victoire des Blazers face aux Grizzlies. (Photo : Joe Murphy / NBAE via Getty Images)

Kyle Anderson va, par son intelligence, se jouer de Carmelo Anthony par de petites feintes. Il fait parler sa roublardise face aux grands tentacules de Whiteside. En plus de l’ancien Spur, Dillon Brooks assure une bonne défense et met ses points. Malgré ses 20 points à 39 % au tir, il réalise un match juste correct. Il aurait dû être plus juste dans ses choix offensifs, surtout en fin de match.  

Avec une piteuse performance défensive du banc de Portland, le score est très serré. Le tableau d’affichage indique 58 à 52 pour Rip City à la mi-temps.

Dame Time

Intensément défendu en première mi-temps, l’ancien de Weber State est contraint de laisser la balle orange entre les mains de ses coéquipiers. En effet, Taylor Jenkins avait prévu un plan anti-Dame — une préparation logique vu la forme du MVP de la bulle. Ce plan consiste à réaliser une prise à deux après un pick and roll, tandis que les autres défenseurs passent en zone 2-2 pour assurer leurs arrières. Cette tentative surprise n’a eu d’effet que pendant quelques minutes. Les joueurs de l’Oregon se sont vite adaptés, en trouvant assez facilement les trous rendus possibles par de tardives rotations défensives.

Durant ce troisième acte, le meneur des Blazers est juste dans ses choix offensifs. Il envoie ses fameux step-back à trois points pour maintenir son équipe à flot. À 2 minutes et 55 secondes de la fin de ce quart, les Grizzlies mènent 88 à 82. Ces derniers sont très adroits derrière la ligne à trois points, ce qui leur permet de faire douter un temps leurs adversaires. En plus de cette adresse, le rookie Ja Morant traverse à plusieurs reprises la raquette adverse pour monter au dunk. 

CJ McCollum assure la qualification

Toujours aussi juste, le duo Lillard-Nurkić guide les siens face à un Ja Morant qui monte en température. Le potentiel Rookie of the year inscrit des points précieux permettant à son équipe d’espérer un game 2 qui leur permettrait d’accéder aux Playoffs. Les deux collectifs sont au coude à coude. À chaque fois que l’un d’entre eux inscrit un tir à trois points, l’autre riposte immédiatement.

Il reste alors 3 minutes à jouer dans le dernier quart-temps et le score est de 108 à 111 pour Memphis. Comme face aux Nuggets l’an dernier, McCollum prend le relais de son meneur. Il inscrit 8 points en quelques minutes avec des paniers de très haute voltige.

CJ McCollum, crucial dans le quatrième quart-temps de Portland. (Photo : Jesse D. Garrabrant/NBAE via Getty Images)

Le premier est un step-back à trois points face à une très bonne défense de Dillon Brooks. Pour le second, l’arrière enrhume son défenseur après quelques dribbles entre les jambes et inscrit un trois points avec un side-step. Son troisième et dernier panier est inscrit à mi-distance avec, encore une fois, un défenseur particulièrement collant. À croire que, malgré sa blessure au dos, l’arrière ne ressent ni la douleur ni la pression.

119 à 116 pour Portland à 42 secondes de la fin, balle à Lillard. Le meneur remonte le terrain et passe devant son vis-à-vis. Il pénètre dans la raquette adverse, puis, juste avant d’être bloqué, fait un kick out vers Carmelo Anthony. Comme lors de la précédente confrontation, c’est l’ancien joueur des Knicks qui anéantit les derniers espoirs de victoire des Grizzlies.

Les Grizzlies, très proches de la victoire, quittent certainement Orlando avec de nombreux regrets. Avant la crise sanitaire, ils avaient réalisé un très beau parcours, tâché par leur bilan dans la bulle et la blessure de Jaren Jackson Jr. Il aura fallu un Lillard à 31 unités, un immense Nurkić et un CJ McCollum très clutch pour en finir avec cette saison régulière. L’incroyable trio de Portland affrontera l’armada de Los Angeles à partir de lundi.

Photo de couverture : Joe Murphy/NBAE via Getty Images

You may also like

Leave a Comment

Ce site utiliser des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus