Éditorial : Pourquoi la NBA ne devrait pas reprendre

par Enzo Brule
Publié le Modifié le
ORLANDO, FL - OCTOBER 23: A view of the court before the game between the Orlando Magic and the Cleveland Cavaliers on October 23, 2019 at Amway Center in Orlando, Florida. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and or using this photograph, User is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. Mandatory Copyright Notice: Copyright 2019 NBAE (Photo by Gary Bassing/NBAE via Getty Images)

La NBA met en avant les convictions de ses joueurs depuis longtemps déjà. Mais cette année, on peut parfois avoir l’impression que certaines d’entre elles sont ignorées.

La saison ne devrait pas reprendre, ou peut-être que si. La question divise, que ce soit au sein des fans ou des joueurs.

Pour Kyrie Irving, la NBA ne devrait pas reprendre, pour mettre encore plus en avant le mouvement Black Lives Matter — une opinion exprimée lors d’une réunion de 80 joueurs. Même s’il a clairement indiqué qu’il suivrait la décision de la majorité, Kyrie croit bel et bien en ses convictions. La NBA ferait de l’ombre a une cause dont l’objectif principal est l’égalité. 

D’un autre côté, le monde affronte une crise sanitaire qui fait beaucoup de dégâts, notamment en Floride — où les habitants font face une hausse majeure du nombre de cas —, lieu où est censée reprendre la compétition. Une « bulle sanitaire », un nouveau format de Playoffs, voilà ce que vend la ligue à ses différents acteurs… et diffuseurs. Un projet difficilement crédible, qui ne semble pas viable. Des joueurs comme Trevor Ariza ou Davis Bertans ont déjà déclaré forfait pour la reprise de la saison, à l’instar de certaines athlètes de WNBA, pour des questions personnelles, tandis que 16 joueurs ont été testés positifs au virus.

Photo : Emilee Chinn/Getty Images

La question des contrats qui ne seront pas complètement honorés auprès des clients de la NBA est évidemment présente au sein de chaque discussion, et cela semble une priorité pour les dirigeants de la ligue. Mais la NBA met en danger son image, ses joueurs, et son avenir dans le pire des cas.

Pourquoi vouloir reprendre s’il s’agit de matchs différents, sans public, sans certains joueurs, écartés du format habituel, sans une vraie NBA ? Évidemment que le basket manque, qu’on aimerait tous revoir LeBron et tous les autres sur le terrain, mais à quel prix ?

Le sport post-COVID-19 manque de goût : pas d’ambiance, moins d’envie, des athlètes en manque de rythme et en proie à des blessures soit plus récurrentes soit graves. Sans parler des règles de santé mises en place qui, au final, ne protègent pas les joueurs sur le terrain, mais juste en dehors. De plus en plus de fans changent d’avis et ne veulent pas revoir de matchs tant que la crise sanitaire actuelle n’est pas maîtrisée et qu’il est impossible de revenir à la « normale ».

Dans d’autres ligues américaines, le doute concernant la possibilité de revenir à la compétition dès cette année semble de plus en plus important. Mais la NBA veut prendre le risque de reprendre.

Les raisons de s’opposer à la reprise de la NBA sont nombreuses. Et pourtant, nous devrions voir — s’il n’y a pas de changement — la NBA de retour le 30 juillet.

Photo : Gary Bassing/NBAE via Getty Images

Commenter

Lisez aussi

Ce site utiliser des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus