MVP Ranking : Constat post All-Star Break

par Nicolas Deroualle
Publié le Modifié le
LeBron James (Milwaukee Bucks) à côté de LeBron James (Los Angeles Lakers), deux principaux candidats dans la course au MVP

S’il y a bien un sujet qui nous tardait de traiter, c’est bien la course aux trophées. Il était temps de faire un point sur les prétendants aux récompenses individuelles les plus prestigieuses de la NBA. Et pour ouvrir le bal, concentrons-nous la plus convoitée d’entre elles : celle du Most Valuable Player.

Critères de sélection :

  • Statistiques individuelles
  • Performance individuelle
  • Classement et résultats d’équipe
  • Impact du joueur sur le terrain

Mentions honorables : James Harden (Houston Rockets), Nikola Jokic (Denver Nuggets), Jayson Tatum (Boston Celtics), Russell Westbrook (Houston Rockets), Luka Doncic (Dallas Mavericks), Jimmy Butler (Miami Heat)

3. Kawhi Leonard, Los Angeles Clippers

Photo : Ben Margot / AP

Stats saison : 27.0 points, 7.5 rebonds, 5.2 passes

Performance marquante : 31 points, 14 rebonds, 7 passes vs Orlando (26/01/2020)

Ce serait un euphémisme de dire que le départ de Kawhi aux Clippers en a surpris plus d’un. Pourtant, The Klaw a effectivement l’air de se sentir à la maison au vu de la saison qu’il réalise actuellement. Héros des dernières finales NBA, Leonard — désormais bagué deux fois pour deux titres de MVP des finales — est arrivé à L.A. en patron et assume sans aucune contestation possible son statut dans l’équipe.

Toujours pas le plus bavard, le fun guy n’en est pas moins efficace. Malgré des Clippers diminués par la blessure de Paul George, Kawhi tient les siens — bien aidé par Williams et Harrell — et hisse les Clips à la seconde place à l’Ouest. Adepte du load management avec 11 matchs manqués pour ménager sa condition physique et se préparer pour les Playoffs, l’ailier des Clippers est létal en attaque. C’est séduisant, c’est sans artifice et qu’est ce que c’est efficace ! Kawhi est un attaquant qui peut créer son shoot tout seul et il le fait souvent. 50 % de ses tirs sont pris en pull up avec environ 10 tentatives par match. Et ce malgré la présence de défenseurs, qui n’empêchent pas The Klaw faire ficelle : 50 % de ses tirs rentrent avec un défenseur qui se tient à une distance de 2 à 4 pieds.

C’est dans la création de manière générale que Kawhi a encore progressé cette saison. Il affiche, à côté de ses 27 points par match, une moyenne de 5.2 passes, sa plus haute moyenne depuis le début de sa carrière. Déterminé à lui donner les clés de l’attaque, Doc Rivers attend de son joueur qu’il crée non seulement pour lui, mais également pour les autres. Dans le sillage de Leonard, les Clippers enchaînent les succès depuis le All-Star break. Ils comptent notamment 4 victoires contre des équipes de haut de tableau, avec un match à 30 points contre les Sixers pour le fun guy.

2. LeBron James, Los Angeles Lakers

Photo : Brad Rempel/USA TODAY Sports

Stats saison 2019-2020 : 25,5 points, 7,8 rebonds, 10,6 passes

Performance marquante : 34 points, 12 rebonds, 13 passes, 66 % au shoot vs New Orleans (01/03/2020)

On se cesse jamais de le dire, mais ce que LeBron James fait à 35 ans, c’est incroyable. Revanchard, LeBron a fait oublier les critiques de sa première saison dans la cité des anges en étant le leader des Lakers. Il assume pleinement son statut cette année et cela porte ses fruits, puisque les Angelinos font la course en tête à l’Ouest depuis quasiment le début de la saison régulière. Le talent offensif du numéro 23 n’est plus à démontrer, on pourrait se dire que James n’a plus rien à prouver, lui qui a déjà remporté 4 titres de Most Valuable Player. Et pourtant, Bron Bron est arrivé prêt et affûté pour l’exercice 2019-20. Il parvient même à dominer un secteur du jeu autre que le scoring, secteur qu’il a certes toujours affectionné. À l’heure actuelle, le King est le meilleur passeur de la ligue avec 10.6 caviars par rencontre, après 60 matchs de saison régulière.

Auréolé de sa 16e sélection au All-Star Game, LeBron est reparti au combat avec sa détermination habituelle et ça se ressent dans les stats. Depuis la pause du All-Star Weekend, il tourne à 29,7 points par match à 56 % au tir, dont 39 % à 3 points, pour un bilan de 6 victoires pour seulement 1 défaite. Au-delà des statistiques, James est véritablement le patron de son collectif. Sur le terrain, on peut ressentir son influence et sa soif de victoire qui transcende toute l’équipe, des stars aux role players. Le mot d’ordre est le même pour tout le monde : le titre.

Dans sa 17e saison, James donne l’impression d’avoir 25 ans tant il domine encore ses adversaires et la ligue de manière générale. Preuve de cette domination, hormis sur la saison 2018-2019, la dernière fois que LeBron James n’était pas dans le top 4 du classement des votes pour le MVP, c’était en 2005 lors de sa saison sophomore. Cette année, LeBron met de nouveau tout le monde d’accord en finissant sans aucun doute dans le top 3 du MVP Voting.

En plus d’être un leader vocal, le numéro 23 des Lakers se montre particulièrement efficace dans les rencontres disputées. D’après les stats avancées, lorsqu’il y a une marge de 1 à 5 points sur le match, James score 10.3 points à 52 % de réussite au shoot. Autre preuve de cette efficacité : le quatrième quart-temps est celui le plus prolifique en termes de scoring pour James avec 7.4 points de moyenne pour 46 % de réussite au shoot. Avec 22 matchs restants, King James est clairement l’un des candidats les plus sérieux pour le titre de MVP.

1. Giannis Antetokounmpo, Milwaukee Bucks

Photo : Aurelien Meunier/Getty Images

Stats saison 2019-2020 : 29.6 points, 13.8 rebonds, 5.8 passes

Performance marquante : 41 points, 20 rebonds, 6 passes, 60.7 % au tir vs Charlotte (02/03/2020)

Le tenant du titre assume son nouveau statut acquis l’année dernière. Le Greek Freak a débuté la saison en imposant une domination sans partage aux côtés des siens. Les Bucks se sont installés à la première place de la ligue pour ne jamais la céder. Attaque, défense, Giannis est sur tous les fronts et il paraît difficile de s’imaginer un autre joueur lui succéder tant il domine et éclabousse la ligue de son talent.

Avec une moyenne de presque 30 points par match, Giannis a encore augmenté ses stats offensives par rapport à la saison précédente. Surtout — et c’est le plus effrayant — l’ailier des Bucks s’est mis à shooter derrière l’arc. Largement soutenu par Budenholzer, Giannis n’a plus peur de prendre des 3 points (4.7 tentatives par match en moyenne pour 30.2 % de réussite).

Les lignes statistiques du joueur sont stupéfiantes. Mais peut-être que le plus incroyable, c’est son efficacité et sa productivité. Le Greek Freak sort ses stats en seulement 30.8 minutes par match. Si Giannis passait 48 minutes sur le parquet, ses stats seraient d’une violence inouïe, avec 46.1 ppm, 21.3 reb et 9 ast. C’est peut-être plus prudent de le faire jouer 30 minutes, pour le bien de tout le monde…

Bref, Antetokounmpo porte les Bucks sur ses larges épaules et emmène dans son sillage ses copains vers une première place à l’Est et une qualification déjà assurée. 8 victoires sur les 10 derniers matchs pour une moyenne de 27 points par match pour Giannis. Il semble être le plus susceptible à glaner la récompense cette année et enchaîner un deuxième titre d’affilié. Wait and see !

Photo : Joe Murphy/NBAE via Getty Images

Commenter

Lisez aussi

Ce site utiliser des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus