Preview 2019-20 : Miami Heat

by L'Analyste
Miami Heat Vice City Jersey (City Edition), 2018.

Par Quentin Belletoise, ancien rédacteur de L’Analyste.

La NBA se rapproche désormais à grands pas, les 30 franchises présentes aux quatre coins des Etats-Unis entament les matchs de présaison. Aujourd’hui l’Analyste pose ses bagages en Floride et plus particulièrement du côté de South-Beach. Au tour du Miami Heat d’être passé au crible.

Bilan de la saison précédente : 39-43, 10e de la conférence Est.

La saison passée, fut grandement marquée par la dernière danse du joueur emblématique de la franchise triple championne NBA : Monsieur Dwyane Wade. A côté de tous ces hommages, l’équipe, quant à elle, ne commençait pas la saison de la meilleure des manières. Elle a néanmoins fini par la terminer sur les chapeaux de roue, et ce malgré l’absence de Goran Dragić. Cette absence a profité à Justise Winslow que l’on a pu observer dans un rôle qui lui va plutôt bien. Cependant, malgré les bricolages audacieux du technicien Erik Spoelstra, le Heat sera trop court pour accrocher les Playoffs et Wade finira sa carrière sans post-season.

Ils sont arrivés : Jimmy Butler, Tyler Herro, Meyers Leonard, KZ Opala, Kyle Alexander

Ils sont partis : Dwyane Wade, Hassan Whiteside, Josh Richardson, Ryan Anderson

Miami débutait l’intersaison 2019 avec le treizième choix de la draft, qui sera utilisé pour sélectionner le prometteur Tyler Herro. Après la draft, place à la Free Agency, où l’on attendait pas grande chose de la part de Pat Riley et de son staff, étant donné la très grosse marge salariale du Heat la saison passée. Nous fûmes tous surpris après le coup de maître de Pat Riley, à savoir réussir à ramener un All-Star confirmé en la personne de Jimmy Butler, seulement contre le trop gros contrat de l’indésirable Hassan Whiteside et Josh Richardson, qui commençait à atteindre son plafond. Miami va donc appréhender 2020 avec des ajouts pertinents à leur effectif.

La situation de Miami

Source : Basketballinsiders.com

Situation à la Draft 2020 : 1er tour de Draft

Potentiel 5 majeur :

  • PG : Goran Dragić
  • SG : Tyler Herro
  • SF : Jimmy Butler
  • PF : James Johnson
  • C : Bam Adebayo

Miami compte enfin un joueur de calibre All-Star dans ses rangs. Bien que le 5 majeur ne soit pas très adroit derrière l’arc, Tyler Herro sera là pour compenser le manque d’adresse globale (mais suffira-t-il ?). Goran Dragić devrait débuter au poste 1, tandis que Justise Winslow devrait sortir du banc. L’effectif est plutôt complet et polyvalent, les possibles ajustements sont donc nombreux. La second unit comporte aussi de bons joueurs, comme Dion Waiters, Justise Winslow, ou encore Derrick Jones Jr. Dans une conférence Est moins relevée que l’Ouest, le Heat devrait être en mesure de rejoindre les Playoffs.

Un effectif déjà solide

Un réel esprit d’équipe. Ce n’est un secret pour personne, la culture imposée par Pat Riley et Erik Spoelstra au sein de la franchise floridienne s’accompagne d’une mentalité de battant. A Miami, on ne tanke pas, on ne laisse aucun ballon facile à l’adversaire, on se dépasse et on travaille très dur ; la fameuse Heat Culture. Cette année ne dérogera pas à la règle, l’effectif de la franchise de South-Beach est composée de nombreux pitbulls qui n’hésiteront pas à se sacrifier pour l’équipe, comme Winslow, James Johnson ou encore Kelly Olynyk. Le tout porté par un coach qui n’a plus à faire ses preuves et qui est un pilier du fond de jeu enseigné à Miami : Erik Spoelstra.

Un All-Star qui fit parfaitement. L’arrivée de Jimmy Butler au Heat est une réelle aubaine. En effet, l’équipe manquait d’un All-Star confirmé et avait besoin d’un visage pour porter la franchise. Et quel meilleur visage pour le Heat que celui de Jimmy Butler ? L’ex Sixer réunit toutes les caractéristiques d’un joueur ayant sa place au Heat. Sur le plan défensif, il n’abdique jamais et se bat chaque minute où il est sur le parquet, tous les soirs. Bien cadré, il peut aussi se transformer en vrai leader. Le numéro 22 a enchaîné les déménagements ces derniers temps et atterrit enfin dans une franchise où il a choisi de jouer, en connaissant parfaitement la culture mise en place dans ladite franchise.

Jimmy Butler, nouvelle recrue du Heat, avec une veste Jordan x PSG. (Source : NBA.com)

Un effectif plafonné ?

Le manque d’un deuxième joueur de gros calibre. Bien qu’en effet, il y ait du talent à Miami et que la plupart des joueurs soient expérimentés, on remarque tout de même que Jimmy Butler est bien seul sur le devant de la scène. Dans une NBA remodelée l’été dernier autour de nombreux duos de grand talent (LeBron-Davis, Simmons-Embiid, Kyrie-Durant), le Heat pâtit du manque d’un deuxième joueur confirmé aux côtés du 30ème choix de la draft de 2011. En interne, même si Justise Winslow, Bam Adebayo ou Tyler Herro, si il s’intègre bien au système NBA, haussent drastiquement leur niveau de jeu, ils seront encore bien loin du statut d’une superstar. Il fut un temps question de ramener Russel Westbrook aux côtés de Jimmy Buckets, avant qu’il part à Houston. On entend aussi parler de Chris Paul, dont le salaire ne joue pas en sa faveur et qui n’est maintenant plus une superstar (ce qui n’ira pas en s’arrangeant). La piste la plus probable à propos d’un éventuel trade serait celle de Bradley Beal, bien qu’il n’ait pas encore clairement formulé de demande de transfert, sa communication laisse penser qu’il ne cherche pas à s’éterniser dans la capitale. Selon ses dires, l’argent ne sera pas sa priorité au moment de la signature de son prochain contrat, ce qui laisse entendre qu’il privilégierait sans doute la compétition. Il sera difficile d’être compétitif à Washington dans les prochaines années vu les récents moves de la direction. Il a d’ailleurs refusé une prolongation de contrat de 111 millions sur 3 ans de la part des Wizards. Rien n’a encore fait par Pat Riley pour forcer l’arrivée d’un deuxième grand nom, il faudra cependant en trouver un pour décrocher le Larry O’Brien Trophy.

Un manque d’adresse extérieur criant. Dans une NBA où le tir à 3 points devient primordial, la franchise floridienne est en cruel manque de shoot extérieur. Bien que des joueurs soient capables, comme Winslow (37% la saison passée) ou Waiters (37% aussi), et que l’arrivée de Meyers Leonard (45%) et de Tyler Herro qui montre de bons signes quant à son adresse au shoot en général, l’équipe est encore trop maladroite derrière l’arc. Il faut donc recruter des snipers. La recrue idéale serait là aussi Bradley Beal, qui n’a plus à prouver son adresse extérieure. Il reste cependant une dernière place dans le roster, peut être pour l’arrivée surprise d’un sniper ?

5 match clés de la saison :

  • 24 novembre 2019 : Philadelphie – Miami. Retour de Jimmy Butler au Wells Fargo Center pour un affrontement face à une grosse écurie de l’Est.
  • 24 décembre 2019 : Miami – Utah. Miami accueillera la franchise de l’Utah à l’occasion du Christmas Day.
  • 20 janvier 2020 : Miami – Sacramento. Le Heat recevra les jeunes Kings de Sacramento à l’occasion du Martin Luther King Day.
  • 28 janvier 2020 : Miami – Orlando. Derby à l’American Airlines Arena face au Magic, contre qui une place en Playoffs pourrait se jouer.
  • 12 avril 2020 : Miami – Boston. Une rencontre qui pourrait s’avérer décisive dans la lutte aux Playoffs contre l’un des grand rivaux de Miami.

L’avis du fan :

« On ne s’attendait pas à grand chose, puis Pat a fait un peu de magie. Récupérer un joueur comme Butler, ainsi que Meyers Leonard contre « seulement » Whiteside et Richardson, c’est un coup de maître. Hassan était devenu indésirable, et Richardson commençait à atteindre son plafond. On a donc une vraie upgrade sur les postes 2/3, et, en plus, Riley réussit à combler la perte de Whiteside avec l’arrivée d’un nouveau pivot capable d’écarter le jeu. Le pick Tyler Herro nous a un peu surpris à la draft, mais le choix de Riley de préférer le fit au talent est compréhensible tant on manquait d’un vrai sniper (et de shooteurs en général). Pour la saison à venir, c’est Playoffs minimum évidemment. On attend une grosse saison de Butler qui fit très bien dans cet effectif. Si on est épargnés par les blessures et que l’intégration de Butler se fait bien et rapidement, on peut aller chercher un top 5 voire l’avantage du terrain pour les playoffs. La conférence Est est assez ouverte cette saison mis à part le top 2, donc tout est possible. On a aussi hâte de voir ce que va donner notre rookie Tyler Herro, qui a sorti de belles perfs en Summer League et en présaison. » – @MiamiHeat_Fra

Pronostic : 44 victoires -38 défaites

Le Heat fera une meilleure saison que l’année dernière et se qualifiera pour les Playoffs grâce à un collectif solide et la venue d’une nouvelle star. Cependant, l’équipe ne pourra pas prétendre à l’élite de l’Est sans une meilleure adresse derrière l’arc et un deuxième joueur de calibre All-Star. Malgré cela, Miami a réussi à se relancer sur de bonnes bases pour l’après Dwyane Wade et peut construire un projet très séduisant dans les années à venir.

You may also like

Leave a Comment

Ce site utiliser des cookies pour améliorer votre expérience. Accepter En savoir plus